Accéder au contenu principal

États-Unis: manifestation à Los Angeles après la mort d'un homme noir tué par la police

Des manifestants se sont rassemblés à Los Angeles pour protester contre la mort de Dijon Kizzee, un Afro-Américain tué par la police le 31 août 2020.
Des manifestants se sont rassemblés à Los Angeles pour protester contre la mort de Dijon Kizzee, un Afro-Américain tué par la police le 31 août 2020. REUTERS/Patrick T. Fallon
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Une manifestation a eu lieu mardi 1er septembre au soir à Los Angeles pour réclamer des réponses après la mort d'un homme noir tué la veille par la police, qui affirme qu'il était armé d'un pistolet, dans un climat de tension relancé par l'affaire Jacob Blake.

Publicité

Une petite foule s'est réunie mardi soir sur le lieu de la fusillade et a marché pacifiquement, accompagnée par un cortège de voitures, jusqu'au poste de police, tandis qu'un hélicoptère les survolait. Certains des manifestants portaient une banderole où on pouvait lire « Stop aux flics assassins ».

Selon les médias locaux, une centaine de personnes s'étaient déjà rassemblées sur les lieux lundi soir, alors que le mouvement de protestation antiraciste a été relancé aux États-Unis après qu'un policier blanc a tiré sept fois dans le dos d'un homme noir à Kenosha dans le Wisconsin.

La victime, identifiée comme Dijon Kizzee, 29 ans, circulait à vélo lundi après-midi dans un quartier du sud de Los Angeles lorsque des hommes du shérif ont tenté de le stopper pour une infraction au code de la route. Les services du shérif de Los Angeles n'ont toutefois pas précisé à ce stade quelle infraction lui était reprochée.

« Les policiers lui ont tiré dans le dos plus de 20 fois »

Selon le récit des autorités, Dijon Kizzee est « parti en courant » après avoir laissé son vélo derrière lui. Les policiers sont parvenus à le rattraper. C'est à ce moment, a raconté le lieutenant Brandon Dean à la presse, que le jeune Afro-Américain a « frappé l'un des agents au visage ».

Le suspect a au passage laissé tomber un tas de vêtements qu'il avait en main. « Les agents ont remarqué qu'un pistolet noir semi-automatique se trouvait à l'intérieur du tas de vêtements », a poursuivi le lieutenant. Les policiers ont alors fait feu. L'homme, touché par plusieurs balles, est mort sur place.

L'avocat Ben Crump, qui représente la famille, a appelé d'éventuels témoins à le contacter. « Ils disent qu'il a couru, qu'il a lâché vêtements et pistolet », a tweeté Ben Crump. « Il ne l'a pas ramassé, mais les policiers lui ont tiré dans le dos plus de 20 fois puis l'ont laissé là pendant des heures. »

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.