États-Unis: à Kenosha, Joe Biden a parlé avec Jacob Blake et sa famille

Le candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Joe Biden, à l'église Grace Lutheran à Kenosha, dans le Wisconsin, le 3 septembre 2020.
Le candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Joe Biden, à l'église Grace Lutheran à Kenosha, dans le Wisconsin, le 3 septembre 2020. Kevin Lamarque/Reuters

Jacob Blake, l’Afro-Américain qui a reçu sept balles dans le dos tirées par un policier à Kenosha dans le Wisconsin le 23 août, est sorti des soins intensifs. C’est le candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Joe Biden, qui l’a annoncé jeudi 3 septembre. Il s’est rendu sur place deux jours après la visite du président Donald Trump.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

« Les mots d’un président comptent », a déclaré Joe Biden, avant d’asséner : « Donald Trump légitime la face sombre de la nature humaine. » Assis sur une simple chaise dans une église, le candidat démocrate a écouté les témoignages d’habitants de la ville de Kenosha, dans le Wisconsin, traumatisés par ce qui est arrivé à Jacob Blake et par les émeutes qui ont enflammé les rues.

Puis, Joe Biden s'est levé, masqué, et a déclaré : « Je ne peux pas me mettre à la place de parents noirs qui ignorent s’ils reverront leur enfant vivant à la fin de la journée. » Il a ensuite raconté sa rencontre avec la famille Blake.

« Joe Biden l'a traité comme une personne digne de considération »

« J’ai passé plus d’une heure avec la famille à ma sortie de l’avion. J’ai eu l’occasion de passer du temps avec Jacob au téléphone. Il est sorti des soins intensifs. On a discuté environ un quart d’heure. Et il a dit que rien ne pourrait l’abattre. Qu'il puisse remarcher ou non, il ne lâchera pas », a confié Joe Biden, jeudi 3 septembre.

L’avocat de la famille a commenté la visite du candidat démocrate : « Joe Biden a fait preuve d'humanité envers Jacob. Il l'a traité comme une personne digne de considération et de prières. » Une manière de souligner la différence avec Donald Trump, qui, quand il a visité Kenosha deux jours plus tôt, n’a pas demandé à rencontrer la famille Blake.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail