Accéder au contenu principal

Colombie: les appels à une réforme des forces de l'ordre se multiplient après une bavure policière

La carcasse d'un bus incendié lors de violentes émeutes après la mort d'un homme victime d'une bavure policière, à Bogota, le 10 septembre 2020.
La carcasse d'un bus incendié lors de violentes émeutes après la mort d'un homme victime d'une bavure policière, à Bogota, le 10 septembre 2020. REUTERS/Luisa Gonzalez
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Alors que l'opposition colombienne appelle à de nouvelles manifestations, 1 600 hommes sont arrivés en renfort dans la capitale colombienne. Mercredi, les marches en l'honneur de Javier Ordonez, mort après ce qui s'apparente à une grave bavure policière, ont tourné à l'émeute dans plusieurs quartiers de Bogota et à Soacha, près de la capitale. Bilan officiel : 7 morts selon la presse locale et des centaines de blessés.

Publicité

Javier Ordonez, père de deux enfants, est mort après avoir reçu une dizaine de décharges électriques de la part de deux policiers qui l'immobilisaient au sol. La scène, filmée par un témoin et diffusée sur les réseaux sociaux, a choqué l'opinion publique.

Pour la maire de Bogota, le cas Javier Ordonez n'est pas isolé. Claudia Lopez demande « une peine exemplaire » pour les policiers impliqués et réclame aussi « une restructuration profonde et sérieuse » de la police colombienne.

À lire aussi : Nuit d'émeute en Colombie après la mort d'un homme lors d'une bavure policière

Le ministre de la Défense assure que les deux agents concernés ont été suspendus et qu'ils font l'objet d'une enquête disciplinaire et pénale. En conférence de presse aux côtés du chef de la police, Carlos Holmes Trujillo appelle néanmoins à ne pas stigmatiser une institution, qui est déjà, selon lui, en train de se réformer.

« C'est un processus qui est en cours au sein de la police, assure-t-il. De meilleures procédures de sélection, des sanctions plus ciblées et plus claires en cas de violations pour faire en sorte que les Colombiens aient une police forte, respectée, aimée, qui tire sa légitimité de la transparence, qui lui garantisse le soutien et l'affection des Colombiens. »

Le ministre de la Défense soutient que la police respecte déjà un code de conduite très strict ainsi que les normes internationales. Dans un rapport fin février, l'ONU avait pourtant dénoncé l'usage « inutile et disproportionné de la force » par la police et les militaires depuis l'accord de paix signé en 2016 avec l'ancienne guérilla des FARC.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.