Accéder au contenu principal
Reportage

États-Unis: Fort Bend, la «Little India» du Texas, soutiendra-t-elle Kamala Harris?

Le comté de Fort Bend se trouve au sud de Houston, il est surnommé «Little India».
Le comté de Fort Bend se trouve au sud de Houston, il est surnommé «Little India». Creative commons2.0
10 mn

Cette année, près de 2 millions d’électeurs aux Etats-Unis d’origine indienne (et 11 millions d’origine asiatique) pourront voter. Le vote des minorités va beaucoup compter pour la présidentielle du 3 novembre prochain. Le comté de Fort Bend au sud de Houston (surnommé « Little India ») avait voté en majorité pour Hillary Clinton en 2016 (51,6%). Qu’en sera-t-il lors du scrutin du 3 novembre ? L'origine de Kamala Harris (dont le père est jamaïcain et la mère indienne), la vice-présidente de Joe Biden, aura-t-elle un impact sur les Indiens de Fort Bend ?

Publicité

Il y a deux ans, en septembre 2018, la communauté indienne de Fort Bend au Texas avait fait la Une de l’actualité. A l’occasion de la fête de Ganesh (Ganesh Chaturthi), les républicains du comté avaient publié une publicité dans le journal de la communauté indienne avec cette question : «  Vous préférez vénérer un âne ou un éléphant ?   » Un message qui avait été interprété comme une provocation pour les uns, ou une simple pique anti-démocrate pour les autres, l’emblème du parti démocrate étant un âne, alors que le parti républicain a pour symbole l’éléphant.

Environ 150 000 Américains d’origine indienne vivent à Little India dans le comté de Fort Bend, au Texas, et dans le Grand Houston. Mais depuis la fermeture des nombreux temples hindous à cause du Covid-19, la communauté est moins visible. On devine sa présence en écoutant la radio, en passant devant les restaurants indiens depuis sa voiture, ou grâce aux panneaux électoraux qui appellent à voter pour Sri Kulkani le 3 novembre prochain. Ce démocrate d’origine indienne est candidat pour représenter ce district au Congrès américain (le 22e district du Texas).

« La population asiatique du Texas croît plus rapidement que toute autre communauté », souligne-t-il. « Et je ne peux pas surestimer l'importance que cela représente pour une personne comme moi qui a grandi ici mais qui n'a jamais vu quelqu'un de notre communauté devenir maire, membre du Congrès ou gouverneur. Et maintenant, voir une femme dont la mère est indienne devenir vice-présidente des États-Unis d'Amérique, cela a un impact énorme, ça inspire les jeunes », fait remarquer Sri Kulkani. « Vous allez voir un taux de participation record de notre communauté parce que cela nous dynamise d'une certaine manière. C'est une question de représentation, il faut que toutes les communautés aient une voix ici », insiste le candidat.

L’origine indienne de Kamala Harris n’est pas forcément un atout

Mais Kamala Harris est une personnalité ambigüe pour les Indiens. Seshadri Kumar est le rédacteur en chef de l’hebdomadaire India-Herald diffusé auprès de la communauté indienne. « Elle ne se revendiquait pas d’origine Indienne la plupart du temps. Toute sa vie, elle s'est définie comme une afro-américaine... sa mère l'a élevée comme ça », explique le journaliste. « Donc, je dirais que certaines réactions sont émotionnelles, simplement parce qu'elle est Indienne et que c’est une femme. Tout le monde dit "oh, c'est génial!" Mais vous voyez, après trois semaines, plus personne ne parle d'elle. Il n'y a pas un soutien unanime en sa faveur simplement parce que sa mère est Indienne. Ensuite, elle n'a pas été très favorable à l'Inde. C'est en soi une complication. »

Comme pour beaucoup de diasporas, la relation avec le pays d’origine joue un rôle important. Et s’il y a bien un point sensible pour les Indiens, c’est la situation au Cachemire. Rishi Bhutada habite Fort Bend, il fait partie de la « Hindu American foundation », » qui veut promouvoir la cause des Indiens aux Etats-Unis. « J'ai vu sa déclaration sur le Cachemire, je pense qu'elle n'a pas une vision globale de la situation au Cachemire, avec les Pakistanais qui soutiennent les terroristes qui attaquent les civils là-bas. C'est un problème et une préoccupation grave pour la communauté », relève le militant. « Les Indiens Américains sont considérés comme des électeurs démocrates très solides au niveau national, je pense que 75% des électeurs votent démocrate. Mais j’ai noté les signes d’un changement en cours, je ne sais pas comment cela va se passer. »

Kamala Harris ne convainc pas non plus les conservateurs indo-américains

Comme près de 50 000 Indiens, Rishi Buthada, qui est plutôt démocrate, a assisté il y a un an (le 22 septembre 2019) à Howdy Modi, le meeting du premier ministre Indien à Houston. Donald Trump avait aussi fait le déplacement et reçu l’adoubement de Narendra Modi. Depuis cet événement, le groupe des « Hindous pour Trump » actif sur Facebook et WhatsApp est devenu plus visible. Ramesh Cherivirala en fait partie, il a aussi créé récemment à Fort Bend l’association des « Indo-Américains conservateurs du Texas ». Il considère que Kamala Harris est une arriviste. Selon lui, elle s’est convertie au christianisme parce que la religion hindoue n’attire pas les votes. Et pour lui, l’origine de la division dans le pays porte un nom : Obama.

« Dès que j'ai vu Obama, je me suis demandé ce qu'il essayait de faire. Il a provoqué la division et je me suis dit : "oh non non, on va devenir un de ces pays du tiers monde". Alors je suis devenu un fan de Trump. Il incarne la réussite du rêve américain. Il a tout obtenu. D'ailleurs, il n'avait rien à gagner en devenant politicien. Donc j'ai réalisé qu'il allait faire quelque chose pour le pays », martèle Ramesh Cherivirala qui s’offusque. « Concernant le choix de Kamala Harris, nous sommes en Amérique, et je vous donne un exemple : si vous avez une entreprise, que vous publiez une annonce disant que vous voulez engager un Noir. Devinez ce qui va vous arriver, à vous et à votre entreprise ? Vous serez mis en prison parce que les offres d'emploi ne doivent pas favoriser un groupe dans ce pays. Alors, qu'un candidat à la présidence dise qu'il va choisir une femme Noire, est-ce légal ? Qui est le raciste ici ? Fondamentalement, c'est immoral ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.