Accéder au contenu principal

Washington interdit de télécharger les applications TikTok et WeChat aux États-Unis

TikTok compte 100 millions d’utilisateurs aux Etats-Unis.
TikTok compte 100 millions d’utilisateurs aux Etats-Unis. Olivier DOULIERY / AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Nouvelle escalade entre Washington et Pékin. L’administration américaine met à exécution la menace brandie en août dernier par Donald Trump contre deux applications chinoises : les nouvelles versions de WeChat et TikTok ne pourront plus être téléchargées sur le sol américain à partir de dimanche soir. L’application pourrait être définitivement prohibée dès le 12 novembre prochain si aucun accord n’est conclu sur l’achat des activités américaines de l’entreprise. Mais le président américain se dit optimiste.

Publicité

« Le Parti communiste chinois a démontré qu’il avait l’intention d’utiliser ces applications pour menacer la sécurité nationale », explique le département du Commerce dans le communiqué, qui annonce la mise en place des mesures de restriction.

« Ils collectent des données sur les localités, sur vos préférences, sur les sites que vous visitez. Tout ce que les Américains visitent les Chinois peuvent le collecter », a assuré le secrétaire au Commerce pour justifier les restrictions annoncées sur l’application chinoise.

Dès dimanche soir minuit, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet, les transactions financières réalisées aux États-Unis ne pourront plus être effectuées via l’application WeChat. Les paiements réalisés depuis l’étranger seront eux toujours autorisés pour les entreprises américaines. TikTok pourra elle être utilisée sans restriction jusqu’au 12 novembre prochain, mais le téléchargement de l’application et de ses mises à jours sera impossible dès dimanche soir.

La Chine menace de représailles

La Chine a accusé ce samedi les Etats-Unis de pratiquer « l'intimidation » en interdisant de télécharger à partir de dimanche les applications TikTok et WeChat, et a menacé de prendre des représailles.

Il ne faut pas prendre cette menace à la légère...

Emmanuel Vivier, co-fondateur du Hub Institute et expert du numérique.

Mais quelques heures plus tard le président américain s’est montré optimiste sur les chances d’un accord : plusieurs entreprises américaines, assure Donald Trump, sont intéressées par l’achat des activités de TikTok aux États-Unis : « De grandes entreprises discutent avec nous, donc nous avons de belles options et peut-être que nous allons pouvoir continuer à satisfaire les gens mais nous ne ferons rien qui mette en péril la sécurité. En même temps c’est une entreprise formidable, très populaire et si nous pouvions combiner les deux je serais très heureux. Cela pourrait aller très rapidement, cela peut aller très très vite. »

Donald Trump a notamment cité Microsoft mais leur offre a déjà été rejetée par la Chine. Le président américain a aussi évoqué Walmart comme possible acquéreur. TikTok compte 100 millions d’utilisateurs dans le pays.

La diaspora chinoise va devoir faire sans WeChat

Du côté Chinois, beaucoup s'inquiètent, notamment la diaspora, de perdre avec les restrictions visant WeChat l'un des principal moyen de communication avec leurs proches, rapporte notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde. L’application est d’abord le principal moyen de partage de messages écrits, audio, des vidéos, des photos aussi en Chine où l’on compte plus d’un milliard de comptes WeChat. Mais l’application est aussi un moyen de régler ses achats - on paye avec son smartphone au supermarché -, ou de télécharger un code de santé indispensable à ses déplacements à l’ère du Covid-19 en Chine.

La diaspora chinoise a évidemment emmené avec elle cette application aux États-Unis. Or à partir de lundi si l’on en croit l’administration américaine, les transactions financières c’est fini et les communications aussi. Comment resterez-vous en contact avec vos amis demandait vendredi soir un quotidien du sud de la Chine ? Réponses des commentateurs philosophes : Donnez-leur votre numéro de téléphone ou utilisez QQ, l’ancienne application de Tencent, l'entreprise propriétaire de WeChat.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.