Accéder au contenu principal

Nomination d'un nouveau juge à la Cour suprême: les options des démocrates américains

La sénatrice Elizabeth Warren a pris la parole à la Cour suprême pour honorer la juge décédée, Ruth Bader Ginsburg, à Washington, le 19 septembre 2020.
La sénatrice Elizabeth Warren a pris la parole à la Cour suprême pour honorer la juge décédée, Ruth Bader Ginsburg, à Washington, le 19 septembre 2020. AP Photo/Cliff Owen
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Aux États-Unis, Donald Trump prévoit d’annoncer le nom de son nouveau juge à la Cour suprême, qui devrait être une magistrate, a promis le président. En face, les démocrates promettent de ne pas faciliter la tâche aux républicains et commencent à étudier leurs options.

Publicité

Avec notre correspondante à New York,Loubna Anaki

Depuis ce samedi 19 septembre, les démocrates du Sénat américain enchaînent les réunions pour se préparer à la bataille qui s’annonce. Et ils promettent de tout faire pour bloquer la nomination d’un nouveau juge à la Cour suprême avant l’élection présidentielle. « Mitch McConnell [le chef de la majorité républicaine au Sénat] croit que la bataille est déjà finie », prévient Elizabeth Warren, sénatrice du Massachusetts, « elle ne fait que commencer. »

Joe Biden charge Donald Trump

Et ils sont déjà passer à l'action sur les réseaux sociaux, sur les médias, et à coups de communiqués… L’idée est d’occuper la scène pour mettre la pression sur les républicains, et inciter les électeurs à faire de même.

Joe Biden, qui était en déplacement à Philadelphie, a une nouvelle fois accusé le président de ne pas respecter les dernières volontés de Ruth Bader Ginsburg qui espérait ne pas être remplacée avant la présidentielle américaine. Le candidat démocrate estime que la décision de Donald Trump est un « abus de pouvoir » et « un exercice de pouvoir politique brutal ».

Pour Joe Biden, la nomination d’un nouveau magistrat à la Cour suprême pourrait plonger le pays dans une crise constitutionnelle grave. Il a rappelé que le pays devait déjà faire face à une crise sanitaire et économique importante. De son côté, Donald Trump persiste et explique même qu'il nommera une femme pour la remplacer.

Convaincre les républicains récalcitrants

Mais les démocrates le savent, l’issue d’un vote n’est pas encore garantie pour les républicains. Deux d’entre eux ont déjà officiellement exprimé leur opposition. D’autres, qui sont en campagne pour une réélection, craignent que cela ne leur coûte leur mandat.

C’est donc d’abord de ce côté-là que les démocrates vont frapper : essayer de convaincre les républicains récalcitrants à voter avec eux. Ils promettent également d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour faire traîner les auditions.

Ce dimanche 20 septembre au matin, l’ancien président Bill Clinton, qui avait nommé Ruth Bader Ginsburg, a même conseillé aux démocrates de boycotter certaines séances. Et si jamais tout cela ne marche pas et que les Républicains passent en force, les démocrates préviennent : s’ils arrivent à prendre le contrôle du Sénat lors des élections de novembre et si Joe Biden est élu, ils réformeront la Cour suprême pour augmenter le nombre de juges et ainsi en nommer d’autres.

La campagne des démocrates a déjà reçu des dons records. Près de 31 millions de dollars ont ainsi été récoltés en 24 heures.

► À lire aussi : États-Unis: la bataille est lancée pour la nomination d'un nouveau juge à la Cour suprême

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.