Accéder au contenu principal

Assemblée générale de l’ONU: face-à-face virtuel attendu entre Pékin et Washington

Le siège de l'Organisation des Nations Unies à New York, le 21 septembre 2020.
Le siège de l'Organisation des Nations Unies à New York, le 21 septembre 2020. REUTERS/Mike Segar
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Ils ne seront pas physiquement présents à la tribune, mais cela n’empêchera pas les dirigeants des 193 pays membres de l’ONU de s’exprimer lors de la 75e Assemblée générale. La première matinée de discours s’annonce intense avec les discours des présidents américain, russe, chinois, français et iranien.

Publicité

Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Il semble que ce coup d’envoi de l’Assemblée générale va être un concentré de géopolitique globale en quelques centaines de minutes. L’ordre du tirage au sort a amené un peu d’adrénaline à ce programme virtuel de la 75e Assemblée générale des Nations unies. On craignait manquer de dynamisme, au final, la tribune va ressembler plus à un ring de boxe ce mardi matin, qu’à un marathon.

Duel Chine/États-Unis

Comme de tradition, le Brésil parle en premier, suivi des États-Unis, jusqu’ici, tout est normal. Cela pousse naturellement à scruter particulièrement le discours du président américain. Mais comme une métaphore rappelant les avancées de Pékin dans le système onusien, le président chinois Xi Jinping s’adressera en 4e position.

Non seulement, ce sera un moment encore suivi par la plupart des spectateurs pas encore lassés des discours. Mais surtout, cela pourrait apparaitre comme un duel décalé avec son homologue Donald Trump. D’autant que cette année, les deux pays se sont affrontés à plusieurs reprises à l’ONU, et tous deux ont pris le Conseil de sécurité en otage en le bloquant plus de 100 jours.

Les interventions de Vladimir Poutine et d’Emmanuel Macron, tous deux détenteurs également d’un droit de véto au Conseil, seront aussi largement suivies.

Réponse attendue de Rohani

Mais surtout, le discours du président iranien Rohani sera diffusé avant la fin de la matinée, et lui aussi sera certainement tenté de répondre aux provocations américaines des derniers jours. Les États-Unis, après avoir échoué à forcer le Conseil de sécurité à rétablir les sanctions contre l’Iran, ont décidé de les réinstaller unilatéralement, tout en menaçant de sanctions quiconque y contreviendrait.

►À lire aussi : Grand reportage - ONU: coulisses d’une Assemblée générale extraordinaire

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.