Accéder au contenu principal
Reportage

Présidentielle aux États-Unis: le vote de la communauté afro-américaine au Texas

Installation d'un bureau d'inscription sur les listes électorales devant l'hôtel de ville de Dallas, le 19 juin 2020.
Installation d'un bureau d'inscription sur les listes électorales devant l'hôtel de ville de Dallas, le 19 juin 2020. AP Photo/LM Otero
12 mn

La bataille électorale aux États-Unis se joue lors du vote, mais aussi en amont, lors de l’inscription sur les listes électorales. Au Texas, les inscriptions prenaient fin le 5 octobre à minuit. À Houston, devenue première ville noire des États-Unis devant New York, la communauté afro-américaine est particulièrement courtisée.

Publicité

De notre correspondant à Houston,  Thomas Harms

Assise à une table du Midtown bar, Kaneisha Coleman en est à sa 13e inscription sur les listes électorales cet après-midi, lors d’un concert de Jazz : « Nous faisons une campagne d'inscription auprès des électeurs. Nous avons organisé un événement amusant et créatif pour les attirer et les sensibiliser à l'importance du vote. » Un homme s’assied, à côté d’elle et prend un formulaire : « C'est la première fois de toute ma vie. Je suis citoyen américain depuis 2003. Je suis arrivé dans ce pays en 1979. Je n'ai jamais pensé que mon vote pouvait compter et 99 % des candidats que j’ai connus dans ma vie étaient toujours ce qu'on appelle le moindre mal. Mais le mal n’a jamais été aussi grave qu’aujourd’hui. Biden n'est pas une personne mauvaise. C'est peut-être un idiot, mais nous en avons déjà eu des comme ça. Je peux vivre avec. Mais là, avec Trump, c’est le mal que nous combattons. C'est ce à quoi nous faisons face, c’est pour ça que j’ai pris la décision de m’inscrire sur les listes électorales . »

De nombreuses organisations essaient de pousser les gens à s’inscrire, mais aussi à aller voter. C'est le cas de kendall burnett, membre de la ligue urbaine des jeunes professionnels de Houston :« Les gens se rassemblent pour aider à mobiliser les gens pour qu'ils aillent voter, ils viennent pour inscrire leurs proches. Mais ce n'est que la première partie, car vous devez vous inscrire, et ensuite vous devez aller voter ! Les opérations de vote commencent le 13 octobre jusqu'à la fin du vote anticipé, une semaine avant le jour de l'élection. Ce n'est donc que la moitié de la bataille. Il y a encore une bataille à mener pour que les gens se rendent aux urnes. Nous ne vous disons pas pour qui voter, mais nous vous demandons d'aller voter. »

« La disparition de George Floyd a crée une explosion d'énergie »

Après le meurtre de George Floyd, tué à Minneapolis en mai dernier, les manifestations de protestation ont galvanisé la communauté afro-américaine. Oscar Hines dirige une station de radio communautaire, Edge TV, il reçoit chaque jour des acteurs de la communauté afro américaine et il constate ce changement :« La disparition de George Floyd a créé une explosion d'énergie. Il y avait un manque d'intérêt, franchement, parmi beaucoup d'Afro-Américains. Ils ne s'impliquaient pas dans le processus politique. Mais avec cet événement aussi médiatisé et aussi horrible que la mort George Floyd, on a désormais un groupe qui a un réel pouvoir et qui veut vraiment changer les choses. George Floyd a été tué au mois de mai, et il y a encore beaucoup d'énergie pour rassembler des personnes qui représenteront de manière plus équitable les gens de couleur de ce pays. La dernière fois que nous avons observé cela, c'était avec l'administration Obama, quand il est arrivé au pouvoir. Il y avait beaucoup d'espoir. Il y avait beaucoup de désir que les choses changent. Nous n'avions pas vu de grande mobilisation afro-américaine pour voter lors des élections présidentielles précédentes et certains diront que c'est en partie à cause de ça que le président Trump est arrivé au pouvoir. Et très franchement, le parti démocrate doit faire mieux. Pour l’instant ses cadres pensent qu’une personne de couleur ira automatiquement voter pour eux simplement en raison de la couleur de sa peau. Il faut qu’il y ait un changement radical. Est-ce que je crois que la participation sera meilleure que par le passé ? Oui, absolument. J'en ai eu la preuve auprès des jeunes avec qui je travaille à la station de radio, ils s'inscrivent tous pour voter. »

Depuis le mois de mai, le mouvement Black Lives Matter a vu son influence prendre de l’ampleur, et à un mois de la présidentielle ses militants se concentrent aussi sur les inscriptions et le vote, comme l'explique Brandon Mack, l'un des organisateurs de Black Lives Matter à Houston :«  À Black Lives Matter Houston, nous nous sommes engagés à former les individus, à les aider à se rendre aux urnes et à mobiliser les gens pour qu'ils votent. C'est un des nombreux leviers que nous utilisons pour mobiliser les gens, les rendre eux-mêmes acteurs des changements dans la ville de Houston. Je pense que la population noire va certainement être un élément clé de cette élection, parce que nous avons toujours été très engagés dans les élections depuis les années 1960, en raison du fait que nous avons dû nous battre pour avoir ne serait-ce que la possibilité de voter. Nous sommes donc une base d'électeurs très dévoués. C'est la raison pour laquelle il est important que les personnes qui se présentent aux élections s'engagent auprès de la communauté noire, parce que nous allons constituer un bloc électoral très puissant. »

Convaincre que chaque vote compte

Les Afro-Américains sont à une écrasante majorité démocrate. En 2016 ils ont voté à 88 % pour ce parti. Mais ce chiffre a décliné. En 2012 ils étaient en effet 93 % à s’être déplacés pour voter pour Barack Obama. Joy Davis fait partie de l’ organisation très progressiste Texas Organising Project et milite pour le vote. « Je ne sais pas si ce sera historique comme lorsque Barack Obama s'est présenté, mais je l’espère, parce que Kamala Harris va nous représenter et cela a un poids auprès des communautés. Nous contactons nos amis et nous leur disons : «  n'oubliez pas, vérifiez ceci, vérifiez votre inscription, assurez-vous que vous êtes toujours inscrit ». Nous avons le pouvoir de changer cette société. Nous devons juste convaincre ces électeurs, pour qu'ils s'expriment dans les urnes et je croie que ça marche, on le voit avec l'augmentation des inscriptions sur les listes électorales. »

Depuis 4 ans la population du Texas a augmenté de 5 %, mais le nombre d’électeurs a lui grimpé de 10 %. La part d’électeurs blancs a quant à elle chuté pour ne constituer désormais que la moitié de l’electorat texan. Sharon e Berry est la présidente du parti démocrate de Houston, pour elle aussi, il faut transformer le mouvement civique post Georges Floyd en vague électorale : « C’est un mouvement composé de trentenaires, de la génération X des années 60, il y a de tout. 50 % de ces manifestants ne sont pas enregistrés sur les listes électorales. Ils n'ont tout simplement jamais eu d'opinion. Ils ne croient pas que leur vote compte et ils ne suivent pas la politique comme je le fais. C'est donc notre travail d'aller à leur rencontre, de former ces électeurs, de leur donner les moyens non seulement d'aller aux urnes, mais aussi de se présenter aux élections et d'élire des gens pour nous représenter tous. Parce que la politique, c'est local. En ce moment, nous avons près de 3 millions d'Afro-Américains, et 2,2 millions sont en âge de voter. Il y a environ 8 mois, le Texas a dépassé New York, nous avons la population afro-américaine la plus nombreuse de tous les États-Unis. Nous sommes donc vraiment les électeurs qui permettront au Texas de devenir démocrate, nous le pouvons. »

Entre mars et fin septembre, plus de 400 000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales,il reste maintenant à les motiver pour qu’ils aillent voter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.