Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

À la Une: duel à distance entre les deux candidats à la Maison Blanche

Lors d'un débat à distance, Donald Trump et Joe Biden ont affiché jeudi soir, sur deux chaînes différentes, leurs styles radicalement opposés.
Lors d'un débat à distance, Donald Trump et Joe Biden ont affiché jeudi soir, sur deux chaînes différentes, leurs styles radicalement opposés. REUTERS/Octavio Jones

Publicité

C’est ce mercredi que se tenait les débats télévisés sur deux chaînes différentes, à la même heure, des deux candidats à la Maison Blanche. Des débats avec le public et non pas avec leur adversaire du fait du refus de Donald Trump de participer à un débat « virtuel » suite à sa contagion au Covid-19.Cette pandémie qui frappe durement les Etats-Unis a d’ailleurs été le sujet central sur les deux chaînes. Donald Trump a fait du « Trump », explique le Washington Post. Il n’a eu de cesse de se vanter, qualifiant notamment de « fantastique » le travail réalisé par son administration. Un président qui est arrivé tout sourire sur le plateau et qui n’a pas hésité à plaisanter avant d’être rattrapé par les sujets évoqués. « On aurait dit un étudiant expliquant pourquoi il n’a pas fait les devoirs réclamés », explique le quotidien. Promettant qu’un vaccin et un traitement seraient bientôt disponible, Donald Trump est resté dans la droite ligne de ses dernières déclarations explique le New York Times, refusant notamment de parler de ses déclarations fiscales. Seule concession, le président a condamné les suprématistes blancs, mais pas les complotistes de Qanon.

Un débat qui contraste avec celui de Joe Biden. Le candidat démocrate semblait bien plus calme et n’esquivait pas les sujets.Un Joe Biden là aussi fidèle à lui-même, très bavard, comme le détaille le Washington Post. Il aurait par exemple pu passer des heures à expliquer l’intégralité de son programme si on ne l’avait pas arrêté. D’ailleurs une demi-heure après la fin du programme, le candidat démocrate était toujours sur place pour répondre aux questions du public, précise USA Today. Un candidat démocrate qui a critiqué tous les aspects de la gestion de la crise sanitaire par son adversaire. « Nous sommes dans une situation où nous avons plus de deux-cent-dix-mille morts et qu'est-ce qu'il fait ? Rien », a-t-il notamment lancé. On aurait dit que les deux candidats n’habitaient pas le même univers tellement les discours sont opposés estime le New York Times. Heureusement que Joe Biden et Donald Trump n’étaient pas sur le même plateau ajoute le quotidien, s’en quoi nous aurions eu le droit à un remake du dernier débat.

Une loi controversée adoptée au Nicaragua

Le Parlement nicaraguayen a adopté ce jeudi une loi très controversée au terme de deux heures de débat. Un texte qui restreint les libertés publiques et qui pourrait entraîner des sanctions de l’Union européenne et des Etats-Unis. Il s’agît de la loi dite « loi Poutine » et qui s’attaque officiellement à l’espionnage financier précise La Prensa. Elle impose aux personnes et aux organismes recevant des financements étrangers de s'enregistrer comme « agents étrangers » auprès des autorités. Selon les partisans du président Daniel Ortega, ce texte vise à défendre la souveraineté du pays et à lutter contre les ingérences étrangères. Mais pour l’opposition et une bonne partie de la communauté internationale cette loi n’est rien d’autre qu’une tentative des autorités de mettre la main sur les organisations civiles et de contrôler leurs fonds, précise le quotidien mexicain La Jornada. Une loi qui ne s’appliquera finalement pas aux médias, ( ni à leurs correspondants ), ni aux agences de coopération, aux organisations à caractère humanitaire et aux entités religieuses, suite à un amendement qui a également été adopté ce jeudi.

L’ancien ministre mexicain de la Défense arrêté aux Etats-Unis

Le ministre mexicain des Affaires étrangères a annoncé ce jeudi l’arrestation par la DEA, l'agence anti-drogue américaine, de l’ancien ministre de la Défense. Salvador Cienfuegos a été arrêté à l’aéroport de Los Angeles, en Californie, alors qu’il entrait aux Etats-Unis a annoncé Marcelo Ebrard sur les réseaux sociaux. A l’heure actuelle, on ne connait pas encore les charges retenues contre lui, précise El Universal, qui pointe des liens avec le narcotrafic. Il devrait savoir ce qu’on lui reproche ce vendredi. Ce qui est confirmé par contre c’est que l’ancien ministre de la Défense a été arrêté à la demande de la DEA. Selon le quotidienExcelsior, Salvador Cienfuegos pourrait être présenté devant une cour de justice fédérale pour répondre aux accusations de trafic, distribution et commercialisation de drogue sur le territoire américain. Des charges qui pourraient lui valoir une très lourde condamnation selon la presse mexicaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.