Accéder au contenu principal

États-Unis: six officiers du renseignement russe inculpés pour des cyberattaques mondiales

La justice américaine a révélé lundi avoir inculpé six agents du renseignement militaire russe pour des cyberattaques mondiales entre 2015 et 2019 depuis un bâtiment de l'armée surnommée La Tour, à Moscou.
La justice américaine a révélé lundi avoir inculpé six agents du renseignement militaire russe pour des cyberattaques mondiales entre 2015 et 2019 depuis un bâtiment de l'armée surnommée La Tour, à Moscou. REUTERS/Kacper Pempel/Illustration/File Photo
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Six pirates informatiques issus du renseignement militaire russe ont été inculpés, le 19 octobre, par la Cour fédérale de Pittsburgh aux États-Unis. La mise en accusation décrit, sur 50 pages, les attaques informatiques perpétrées au cours des cinq dernières années par ces hommes, dont celles contre La République en Marche en 2017.

Publicité

C’est la série d’attaques informatiques la plus destructrice jamais attribuée à un seul groupe de hackers, selon la justice américaine. Ces six pirates informatiques qui ont entre 27 et 35 ans, sont accusés d’avoir mené leurs opérations entre 2015 et 2019 au bénéfice de la Russie. 

La liste des accusations est longue. D’après l’acte d’inculpation, les hackers ont d'abord lancé une attaque contre un réseau électrique ukrainien, ce qui a privé la population de chauffage en plein hiver.

Ils sont aussi accusés d'avoir mené sept attaques contre le parti du président français Emmanuel Macron, La République en Marche, quelques jours avant l'élection présidentielle de 2017. Des milliers de documents internes avaient fuité sur internet à l'époque.

Ces pirates informatiques seraient aussi responsables de la campagne de hameçonnage qui avait visé les Jeux olympiques d'hiver en Corée du Sud en 2018. Les athlètes russes n'avaient pas pu participer en raison d’accusations de dopage. Mais l'action américaine reste symbolique. Les six agents ne risquent pas grand-chose étant donné qu'aucun d'eux ne se trouve sur le sol américain.

« Russophobie » américaine

La réponse du Kremlin n’a pas tardé après l’annonce de l’inculpation de ces six agents russes. Ces accusations sont totalement fantaisistes aux yeux des autorités russes, qui témoignent selon elles « d’une russophobie frénétique ».

C’est devenu presque un rituel. À chaque fois que la Russie est accusée d’actes illégaux, qu’il s’agisse de tentatives d’assassinat ou de piratage informatique, elle dément catégoriquement, et dénonce la russophobie des pays occidentaux, rapporte notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot.

Pour le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, les faits reprochés aux agents russes « n’ont rien avoir avec la réalité » et témoignent de la « tendance à accuser de tous les maux la Russe et ses services spéciaux ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.