Accéder au contenu principal

États-Unis: faute de preuves, les avocats de Trump en difficulté devant les tribunaux

Pour l'instant, aucune des plaintes déposées par les équipes de Trump ne tiennent devant les tribunaux.
Pour l'instant, aucune des plaintes déposées par les équipes de Trump ne tiennent devant les tribunaux. REUTERS/Hannah McKay
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Dès le lendemain de la proclamation de la victoire de Joe Biden, Donald Trump a promis de contester ces résultats en justice en dénonçant des fraudes à grande échelle. Problème pour le président sortant : ses avocats sont incapables de prouver ces fraudes électorales qu’ils prétendent avoir découvert. 

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

Faute de preuves devant les tribunaux, c’est souvent l’humiliation pour les avocats de Donald Trump. L’une des plus retentissantes est venue d’une cour fédérale de Pennsylvanie, quand le camp Trump demandait à la justice d’interrompre le comptage des voix parce que les observateurs républicains auraient été empêchés d’entrer dans le bureau électoral.

Problème : à l’audience, l’avocat n’a aucun élément pour prouver cet incident. Bien au contraire, le juge fini même par lui faire admettre que les observateurs républicains étaient non seulement présents, mais qu’ils étaient même deux fois plus nombreux que les démocrates. « Donc pardon, mais quel est votre problème, en fait ? », demande alors le juge, lui-même nommé par un président républicain.

Une « rumeur »

Autre exemple dans un tribunal de Detroit, dans le Michigan. Des avocats du camp Trump lancent une plainte, parce que des bulletins auraient été validés deux jours après la date limite prévue par la loi. Leur source : un observateur qui n’a pas été témoin direct de la scène présumée. « Ok, c’est ce que j’appelle une rumeur », conclut le juge.

Résultat : à ce stade, une dizaine de plaintes pour fraudes et irrégularités déposées par la Maison Blanche ont été rejetées. Aucune n’a paru suffisamment sérieuse à un juge pour justifier l’ouverture d’une enquête.


► Aucun vainqueur encore déclaré dans trois États

Donald Trump a été donné vainqueur mercredi 11 novembre de l'élection présidentielle en Alaska par l'institut Edison Research, mais son gain de trois grands électeurs ne modifie pas la donne: Joe Biden est le président-élu des Etats-Unis.

Au Collège électoral, qui désignera le 14 décembre prochain le prochain occupant de la Maison blanche, un candidat doit obtenir les voix d'au moins 270 grands électeurs.

À ce stade, Biden en a décroché 279, contre 217 désormais pour Trump, qui refuse de reconnaître la victoire de son adversaire démocrate. Huit jours après l'élection, aucun vainqueur n'a encore été déclaré dans trois États encore: la Caroline du Nord (15 grands électeurs), où Trump fait la course en tête, et la Georgie (16) et l'Arizona (11), qui penchent du côté de Biden.

Pour ce qui est du vote populaire (à l'échelon national), Biden est désormais crédité de 77,3 millions de voix contre 72,2 millions pour Trump.

(Avec Afp)
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.