États-Unis: Pelosi choisie pour continuer à présider la Chambre des représentants

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, lors d'une conférence de presse à Washington, le 13 novembre 2020.
La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, lors d'une conférence de presse à Washington, le 13 novembre 2020. AP - J. Scott Applewhite
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La première opposante à Donald Trump a été réélue à son poste de « speaker », c’est-à-dire de présidente de la Chambre des représentants. Dans le protocole aux États-Unis, c’est le troisième personnage de l’État après le président et le vice-président. Un poste qu’elle occupe depuis la reprise de la majorité par les démocrates aux dernières élections de mi-mandat de 2018. Pelosi rempile pour un nouveau mandat de deux ans, jusqu’aux prochaines élections de mi-mandat en 2022, mais avec une majorité démocrate plus courte à la Chambre basse.

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

Tout au long de la présidence Trump, elle a incarné le visage de l’opposition démocrate. Elle fut l’une des rares à lui tenir tête frontalement, en première ligne durant son procès de destitution.

L’histoire retiendra sans doute cette image de Nancy Pelosi déchirant le discours de l’Union tout juste prononcé par Donald Trump devant un Congrès médusé, réuni au grand complet.

Ce mercredi, les élus démocrates ont reconduit Nancy Pelosi pour un nouveau mandat de deux ans lors d’une élection virtuelle en raison de la pandémie. La femme la plus puissante de Washington reste à son poste de speaker, c’est-à-dire de présidente de la Chambre basse du Congrès qu’elle occupe depuis la victoire des démocrates aux élections de mi-mandat en 2018.

Cheffe du groupe démocrate depuis 2002

Face à elle, pas de concurrents sérieux, même si des voix s’élèvent à la gauche du parti comme en 2018 pour demander un renouvellement. Pelosi vient de fêter ses 80 ans. Cheffe du groupe démocrate à la Chambre des représentants depuis 2002, elle est élue du 12e district de Californie, celui de San Francisco depuis 1987.

En conférence de presse, elle a laissé entendre que ce mandat serait son dernier. Un mandat avec une majorité amputée d’au moins 10 élus, après le renouvellement des 435 sièges de députés en même temps que le scrutin présidentiel, qui n’a pas suscité la vague bleue espérée par la gauche américaine. 

► À lire aussi : États-Unis: Trump et Pelosi s'opposent sur les symboles du passé esclavagiste

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail