Accéder au contenu principal
Reportage

Covid-19: au Dakota du Nord, le taux de mortalité n'entame pas l'insouciance

Le Dakota du Nord, Etat américain rural dépeuplé, a le taux de mortalité lié au Covid-19, le plus élevé du monde.
Le Dakota du Nord, Etat américain rural dépeuplé, a le taux de mortalité lié au Covid-19, le plus élevé du monde. © RFI/Anne Corpet
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Alors que plus de douze millions d’Américains sont infectés par le coronavirus, ce sont les États du centre du pays qui voient le nombre de contaminations progresser le plus rapidement. Des régions rurales qui avaient été relativement épargnées au printemps 2020 sont désormais frappées de plein fouet. C’est le cas du Dakota du Nord qui, selon une étude d'Harvard, détient le taux de mortalité lié au Covid-19 le plus élevé au monde avec plus d’un mort pour mille habitants.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Bismarck, Anne Corpet

Une tablée s’esclaffe dans ce restaurant de Bismarck, comme imperméable à la réalité : dans cet État, une personne sur dix est infectée par le coronavirus. Le port du masque a finalement été rendu obligatoire il y a dix jours, mais son usage est loin d’être généralisé. « C’est mon droit constitutionnel », lâche cette femme non masquée dans le hall d’un hôtel.

« On ne peut pas dire que porter le masque protège du Covid. C’est comme jeter du sable à travers à un grillage », assure, de son côté, cet homme croisé dans une station-service.

Des personnels de santé exténués

Mais dans son hôpital débordé par les patients, le docteur David Field est épuisé. « Cette absence de préoccupation pour autrui, c’est ce qui nous a conduit à ces chiffres de plus en plus importants et ce qui nous pose problème. C’est dur, c’est dur de travailler de manière aussi intense tous les jours, toute la journée », se désole-t-il.

L'entrée du service des urgences de l'hôpital de Bismarck, débordé par les patients.
L'entrée du service des urgences de l'hôpital de Bismarck, débordé par les patients. © RFI/Anne Corpet

 

Jason Kerry, 36 ans, vient de sortir de l’hôpital où il a passé trois jours en soins intensifs, et il a un message pour les insouciants : « Ce qui compte, ce n’est pas votre état de santé mais la manière dont ce virus vous attaque, et j’espère que cela n’affectera pas votre corps comme cela a affecté le mien. »

Aux États-Unis, pays le plus endeuillé par l'épidémie avec plus de 257 000 morts, le virus continue sa progression exponentielle.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.