Accéder au contenu principal
Reportage

Chili: manifestation à Santiago pour réclamer le départ du président

Des manifestants réclament le départ du président chilien, Sebastián Piñera, le 27 novembre 2020, dans la capitale Santiago.
Des manifestants réclament le départ du président chilien, Sebastián Piñera, le 27 novembre 2020, dans la capitale Santiago. Martin BERNETTI AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des milliers de Chiliens se sont réunies ce vendredi soir 27 novembre à Santiago et dans plusieurs villes du pays pour exiger la démission du président Sebastián Piñera. Des heurts ont rapidement éclaté avec les forces de l'ordre et se sont poursuivis toute la soirée dans la capitale.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

Autour d'une fanfare, les manifestants comparent Sebastián Piñera au général Pinochet. Près du palais de la Moneda, en plein centre-ville, ils exigent la démission du président de droite.

Lunettes noires et visage masqué, ce manifestant de 27 ans préfère ne pas donner son nom. « Le président n'écoute pas les demandes des citoyens donc on s'approche pour faire pression sur lui, déclare-t-il. Il défend les intérêts des grandes entreprises alors que les gens ont faim à cause de la pandémie. »

Un an de contestation

Les manifestants exigent aussi de pouvoir puiser dans leur épargne-retraite obligatoire pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire. Ils demandent également la libération des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations ces derniers mois.

Dès le début du rassemblement, la police a utilisé canons à eau et gaz lacrymogènes pour repousser la foule. Francisca, 50 ans, portait un masque anti-gaz. « Ils ne nous laissent pas avancer, et les gaz qu'ils utilisent sont très forts, se plaint-elle. On ne nous permet pas de manifester ! »

Jusque tard dans la soirée, les manifestants répondent à la police par des jets de pierres et mettent le feu à des barricades pour empêcher le passage des véhicules des forces de l'ordre.

Il y a à peine plus d'un mois, les Chiliens ont dit « oui » massivement à l'abandon de la Constitution héritée de la dictature du général Pinochet. Mais malgré cette victoire dans les urnes, certains Chiliens continuent de se mobiliser contre les inégalités sociales, comme ils le font depuis octobre 2019.

► À lire aussi : Le Chili commémore un an de contestation avant le référendum sur la Constitution

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.