Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

À la Une: la droite modérée, grande vainqueur des municipales au Brésil


Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, lors de la présentation d'un programme de relance du tourisme, au Palais du Planalto à Brasilia le 10 novembre 2020.
Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, lors de la présentation d'un programme de relance du tourisme, au Palais du Planalto à Brasilia le 10 novembre 2020. AFP/Archivos

Publicité

Le second tour des élections municipales a eu lieu ce dimanche au Brésil. Les candidats de centre-droite raflent la mise, ceux soutenus par le président Jair Bolsonaro essuient de cuisantes défaites.

Pour la Folha « la réélection du candidat de centre-droite Bruno Covas à la mairie de Sao Paulo est due à sa bonne gestion de la crise sanitaire. La population approuve clairement les actions municipales contre l’épidémie. Le contraste avec l’irresponsabilité du gouvernement Bolsonaro ne pourrait être plus saisissant ».

La victoire d’un autre candidat de la droite modérée fait également couler beaucoup d’encre : celle d’Eduardo Paes, à Rio de Janeiro.

Il a déjà été maire de Rio pour deux mandats consécutifs entre 2009 et 2016. « C’était l’âge d’or », se rappelle O Globo, « Paes avait pu tirer profit des Jeux olympiques, de la Coupe du monde de football et du soutien des gouvernements de Lula, puis de Dilma Roussef, qui lui ont permis d’investir massivement dans les infrastructures de la ville. La réalité d'aujourd’hui est tout autre », prévient l’éditorialiste. « La ville a accumulé un déficit record. Dans ce scénario de terre brûlée, le nouveau maire devra convaincre le secteur privé d’investir », insiste O Globo avant de conclure : l’objectif prioritaire d’Eduardo Paes, c’est d’« améliorer rapidement les services à la population sans dépenses majeures pour la ville dont les caisses sont désespérément vides ».

Pour le président Jair Bolsonaro, dont les candidats ont essuyé de défaites cuisantes, ces municipales sonnent comme un avertissement.

« Jair Bolsonaro est plus isolé que jamais », estime Pagina 12. « Alors que deux autres candidats, jeunes et de gauche, ont su percer sur la scène politique nationale, malgré leurs défaites aux municipales », souligne le quotidien. « Il s’agit de Manuela d’Avila, à Porto Alegre, et de Guilherme Boulos à Sao Paolo ».

Dans le Wisconsin, le recomptage confirme la victoire de Joe Biden

Aux Etats-Unis, Donald Trump a essuyé ce dimanche un nouveau revers dans sa croisade juridique contre le résultat de l’élection présidentielle avec la fin du recomptage des voix dans l’Etat du Wisconsin. Le verdict est sans appel : « 87 voix de plus pour Joe Biden », annonce le Milwaukee Journal Sentinel.

Un résultat « d’autant plus amère pour Donald Trump que c’est son équipe qui a dû payer pour ce recomptage, plus de 3 millions de dollars », souligne le Washington Post.

Donald Trump veut maintenant déposer une action devant la Cour suprême du Wisconsin. « Le recomptage dans le Wisconsin a révélé des personnes qui ont voté de manière illégale », affirme le président sortant qui demande la non prise en compte des votes par correspondance dans cet Etat du Midwest. Selon le New York Times, Donald Trump tente toujours par tous les moyens de retarder la certification des résultats. Il ne lui reste pas beaucoup de temps : dans le Wisconsin mais aussi dans l’Arizona, cette certification doit intervenir dans les prochaines heures.

Colombie 4513 victimes du conflit armé depuis signature de l’accord de paix

Cela fait quatre ans maintenant que le gouvernement et l’ancienne guérilla des FARC ont signé un accord de paix historique. Pourtant le conflit armé continue à faire des victimes, « 4513 en quatre ans ». Ce chiffre a été publié ce week-end par le CNMH, le Centre national de la mémoire historique, un organisme gouvernemental destiné à conserver la mémoire des victimes du conflit armé colombien. Parmi ces victimes, le CNMH a comptabilisé les assassinats ciblés, qui représentent plus d’un tiers du nombre total, suivi par les victimes d’affrontements armés (23%) et d’enlèvements, 19%. Mais, comme le précise le journal El Tiempo, « l’organisme n’a pas fait état des personnes déplacées ».

Haïti : l’enlèvement d’un jeune médecin suscite la colère de toute la profession

 « Hans David Thélémaque a été enlevé tôt samedi matin alors qu’il s’apprêtait à se rendre à l’hôpital de l’université d’Etat d’Haïti. Son enlèvement a provoqué colère et indignation parmi les autres médecins et étudiants », rapporte Le Nouvelliste.

Une manifestation spontanée de ses collègues a été violemment dispersée par la police nationale. « Au moins un médecin a été grièvement blessé par balle au visage », raconte Haïti Press Network.

Jusqu’à la libération de Hans David Thélémaque, les hôpitaux publics du pays sont rentrés en grève, constate encore Le Nouvelliste. « Les hôpitaux privés de leur côté ont cessé le travail ce lundi matin ».

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.