Accéder au contenu principal

Colombie: l'assassinat d'un défenseur de l'environnement endeuille ce début d'année

Colombie: en une immense 'minga', des milliers de Colombiens ont afflué de tout le pays à Bogota en octobre 2020 pour demander la fin des violences et la mise en oeuvre de l'accord de paix de 2016 signé entre le gouvernement et la guérilla des FARC.
Colombie: en une immense 'minga', des milliers de Colombiens ont afflué de tout le pays à Bogota en octobre 2020 pour demander la fin des violences et la mise en oeuvre de l'accord de paix de 2016 signé entre le gouvernement et la guérilla des FARC. VW Pics/Universal Images Group v - VW Pics
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La Colombie entame l’année 2021 comme elle a achevé la précédente. La violence à l’encontre des leaders communautaires, les défenseurs des droits de l’Homme et les défenseurs de l’environnement reste toujours autant d’actualité. Gonzalo Cardona Molina est la première victime de l’année. Le corps de ce garde forestier, également défenseur de l’environnement, porté disparu depuis le 8 janvier, a été retrouvé ce lundi dans le département du Cauca, l’un des plus concerné par cette violence.

Publicité

Gonzalo Cardona Molina était connu pour être l'ange gardien d'une variété locale de perroquets et un grand spécialiste des oiseaux. Il était très engagé pour la défense du patrimoine naturel et travaillait pour la fondation ProAves qui a signalé sa disparition. Son corps a été retrouvé le 11 janvier sur la commune de Sevilla, dans le département Valle del Cauca.

Selon la fondation Indepaz, l’Institut pour le développement et la paix, il est le premier défenseur de l'environnement à être tué depuis le début de l'année 2021. La Colombie est dans un terrible dynamique de mort, souligne Camilo Gonzales Posso, directeur d’Indepaz, l’Institut pour le développement et la paix, joint par Carlos Pizarro de la rédaction en espagnol de RFI.

« Malheureusement il n’y a eu aucun changement dans cette terrible dynamique de mort, malgré la pandémie, malgré... les fêtes de Noël, le Nouvel an. Tout ça n’a pas permis une diminution de cette violence... Il y a une forte pression des gens en faveur de la non-violence et d’une transition post-conflit. Mais des forces très puissantes sont toujours en place.»

Ces forces tentent de saborder les avancées de l'accord de paix en instaurant un climat de guerre et en portant atteinte aux « communautés indiennes qui s’opposent à leurs intérêts dans des régions où il y a des ressources et des conflits en cours. »

Des assassinats ciblés

Les assassinats de défenseurs de l'environnement sont en constante augmentation en Colombie, pays aux riches ressources minières, forestières et agricoles, rapportait il y a quelques mois l'ONG Oxfam. Outre les défenseurs de l'environnement, les militants de la société civile, responsables des communautés indiennes, syndicalistes et ex-guérilleros des FARC passés à la vie civile, ou encore élus de base sont régulièrement la cible d'assassinats.

à écouter aussi : en Colombie, chiffres records du nombre d'assassinats de leaders sociaux et politiques en hausse constante

Et la région du Cauca paie un lourd tribut à cette violence systémique. En 2020, la Guardia indigena del Cauca a obtenu le prix Front Line Defenders pour les Défenseur-ses des Droits Humains en Danger, décerné par l'ONG du même nom. Ce prix récompense ce collectif qui a organisé la défense pacifique de son territoire, souligne Front line Defenders, face aux « nombreuses violences liées à la présence d’acteurs armés, à l’économie du narcotrafic et à l’exploitation par les multinationales. » 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.