Accéder au contenu principal

Investiture de Biden: Airbnb et Google prennent des mesures face aux menaces de violences

Le logo de la plateforme de vidéos YouTube sur un t-shirt. (image d'illustration)
Le logo de la plateforme de vidéos YouTube sur un t-shirt. (image d'illustration) © AP - Jeff Chiu
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les plateformes numériques continuent de se mobiliser pour ne pas participer indirectement aux possibles violences lors de l'investiture du président élu Joe Biden, le 20 janvier. La violente intrusion de partisans pro-Trump dans le Capitole le 6 janvier a choqué le pays et inquiète les habitants de Washington. Ce mercredi 13 janvier, Airbnb a tout simplement annulé toutes les réservations prévues à Washington la semaine prochaine. Google, lui, a mis les publicités politiques en pause et suspendu pour une semaine le compte YouTube de Donald Trump.

Publicité

Voilà plusieurs jours que des activistes appelaient les hôtes Airbnb à ne pas louer leur logement pendant l'investiture de Joe Biden. L'antenne locale de Black Lives Matter fait également pression sur les hôtels pour qu'ils ne mettent pas leurs chambres à disposition des personnes venues de l'extérieur.

Les autorités, elles, ont appelé à éviter tout déplacement vers Washington la semaine prochaine. Elles craignent de nouveaux débordements, à l'image de l'intrusion dans le Capitole de partisans pro-Trump mercredi 6 janvier. Cinq personnes sont mortes durant ces incidents, et le FBI a averti que des groupes armés étaient en train de préparer des actions en amont de la cérémonie d'investiture de Joe Biden.

Le site Airbnb, qui propose la location de logement entre particuliers, a tout simplement annulé de lui-même les réservations de la semaine prochaine à Washington et ses environs. Les hôtes seront dédommagés et les clients remboursés. « Nous avons connaissance d'informations concernant des milices armées et des groupes haineux connus qui tentent de voyager et de perturber l'investiture », indique l'entreprise.

Aux côtés d'Airbnb, Google a lui décidé de mettre en pause toutes les publicités politiques, en particulier celles faisant référence à la mise en accusation de Donald Trump, à l'investiture ou aux manifestations. Mardi, la plateforme de vidéos YouTube a suspendu pour une semaine la chaîne du président Donald Trump, imitant les décisions prises précédemment par Facebook, Snapchat, Twitch et Twitter. Sundar Pichai, le PDG de l'entreprise Google, qui détient YouTube, a déclaré que les événements survenus au Capitole « ont été glaçants à regarder ».

► À lire aussi : Ces entreprises qui censurent Donald Trump et ses partisans

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.