L'Iran en embuscade de la politique de Joe Biden au Moyen-Orient

Joe Biden
Joe Biden Alex Edelman AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le 20 janvier 2021, Joe Biden prêtera serment et entamera son mandat de président des États-Unis d'Amérique. Le début d’un nouveau chapitre après les quatre années hors-normes durant lesquelles Donald Trump a dirigé le pays. Des changements sont annoncés dans la politique internationale des États-Unis et les défis sont nombreux, notamment au Moyen-Orient.

Publicité

Joe Biden souhaite que les États-Unis reviennent dans l’accord sur le nucléaire iranien, mais le dialogue avec Téhéran sera difficile. L’Iran a cessé de respecter certaines de ses obligations et ses dirigeants n’ont pas l’intention d’élargir la négociation à d’autres questions qui fâchent comme celle des missiles ou de l’influence régionale de Téhéran. Des sujets pourtant devenus incontournables pour Washington comme pour ses alliés.

Tenir compte des Iraniens

La politique de l’administration Biden en Irak et en Syrie devra tenir compte de l’influence iranienne dans ces deux pays, et le nouveau président américain sera confronté à un casse-tête : comment veiller aux intérêts américains dans la région sans s’y embourber ? Alors que l’Iran, mais aussi la Russie et la Turquie ont poussé leurs pions au Moyen-Orient ces dernières années.

Situation nouvelle dans le dossier israélo-palestinien

Dans le dossier israélo-palestinien, Joe Biden hérite d’un paysage chamboulé par les années Trump. Les États-Unis considèrent désormais Jérusalem comme capitale d’Israël et l’État hébreu a normalisé ses relations avec plusieurs monarchies du Golfe. Une situation nouvelle avec laquelle Joe Biden devra composer.

À lire aussi : Berlin, Paris et Londres demandent à l'Iran de renoncer à la production d'uranium métal

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail