Joe Biden, «russophobe» ou nouvel ami du Kremlin?

Le président élu américain Joe Biden dans le Delaware avant son départ pour la Maison Blanche, le 19 janvier 2021.
Le président élu américain Joe Biden dans le Delaware avant son départ pour la Maison Blanche, le 19 janvier 2021. AFP - JIM WATSON
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ses premiers pas seront observés avec beaucoup d’attention par les autorités russes, qui disent cependant ne pas atttendre « grand-chose » de Joe Biden et de son administration. Le Kremlin se méfie du nouveau président et de son équipe, déjà qualifiée de « russophobe » à Moscou. 

Publicité

« Leurs manières seront peut-être plus cordiales mais la politique américaine ne changera certainement pas » : la petite phrase de Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, prononcée en début de semaine à Moscou en dit long sur l’état d’esprit des dirigeants russes face à Joe Biden.

Relation difficile attendue

Si Vladimir Poutine a été l’un des derniers dirigeants de la planète à féliciter le nouveau président américain pour son élection, ce n’est pas seulement parce que le Kremlin avait misé sur une réélection de Donald Trump. C’est aussi en raison des déclarations très hostiles à l’égard de la Russie faites par Joe Biden durant la campagne électorale. La Russie s’attend donc à une relation difficile avec la nouvelle administration et à un éventuel durcissement de la politique de sanctions à son égard.

Mettre fin à l'instabilité

Mais certains observateurs à Moscou estiment que la nouvelle présidence américaine pourrait avoir des effets positifs pour la Russie. D’abord en mettant fin à l’instabilité et à l’imprévisibilité, qui caractérisaient Donald Trump. Ensuite, avec la possibilité de s’entendre sur deux thèmes très importants aux yeux des autorités russes : l’accord sur le programme nucléaire iranien, et les négociations sur les armes atomiques. La nouvelle relation entre les deux pays pourra être mise très vite à l’épreuve : puisque le traité américano-russe New Start sur la réduction des arsenaux nucléaires arrive à expiration, dès le mois prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail