Chili: fort séisme en Antarctique, panique sur les côtes chiliennes

Chili, Viña del Mar, le 23 janvier 2021: le message d'alerte au tsunami envoyé par erreur par le service d'urgence Onemi a été reçu par les habitants de la côte, générant un mouvement de panique. Le séisme concernait la région antarctique et n'a pas provoqué de dégâts majeurs.
Chili, Viña del Mar, le 23 janvier 2021: le message d'alerte au tsunami envoyé par erreur par le service d'urgence Onemi a été reçu par les habitants de la côte, générant un mouvement de panique. Le séisme concernait la région antarctique et n'a pas provoqué de dégâts majeurs. REUTERS - RODRIGO GARRIDO

Un séisme de niveau 7 sur l'échelle de Richter a secoué l'Antarctique ce samedi. Plusieurs bases scientifiques ont été évacuées par crainte d'un tsunami, notamment les bases appartenant au Chili, tout proche. Mais les services d'urgence chiliens ont aussi envoyé par erreur à des milliers de personnes un message d'alerte ordonnant l'évacuation des plages, sans préciser quelles régions étaient concernées. La notification a généré une grande confusion et des scènes de panique parmi les habitants, car le pays compte plusieurs milliers de kilomètres de côtes.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine 

Peu de temps avant le couvre-feu imposé au niveau national en raison de la pandémie de Covid-19, une alarme s'est déclenchée sur le téléphone de milliers de Chiliens, et le message suivant est apparu à l'écran : « URGENCE. Veuillez abandonner les plages (...) »

Chili, samedi 23 janvier 2021: un message d'alerte invitant les Chiliens à évacuer les côtes a été envoyé par erreur après un fort séisme qui a secoué l'Antarctique.
Chili, samedi 23 janvier 2021: un message d'alerte invitant les Chiliens à évacuer les côtes a été envoyé par erreur après un fort séisme qui a secoué l'Antarctique. REUTERS - RODRIGO GARRIDO

Dans l'un des pays les plus sismiques au monde, les habitants ont tout de suite compris qu'il s'agissait d'une alerte au tsunami. Des scènes de panique ont été enregistrées dans plusieurs stations balnéaires et villes côtières le long du Pacifique.

Sauf que ce message a été envoyé par erreur à la plupart des gens, y compris à certains vivant à plus de 100 kilomètres de l'océan. Et pour ne rien arranger à la confusion, un second séisme a eu lieu quelques minutes après : tout près de Santiago cette fois ci, estimé à 5,9 sur l'échelle de Richter.

En fin de soirée, le service d'urgence chargé d'informer sur les séismes au Chili ne semblait pas encore avoir trouvé l'origine de son erreur.

Une faille dans le système d'alerte ?

Et certains Chiliens, eux, ne savaient pas s'ils devaient rire des tremblements de terre, comme ils le font souvent, ou s'inquiéter d'une possible faille dans leur système national d'alerte.

À lire aussi Alerte au tsunami au Chili, un million de personnes évacuées (2015)

En février 2010, les services d'urgences avaient par erreur écarté tout risque de tsunami après un très violent séisme. Une erreur qui avait provoqué la mort de plusieurs centaines de personnes.

Les bases chiliennes et étrangères de la zone touchée par le séisme en Antarctique ont été évacuées par précaution. Mais les séismes enregistrés ce samedi n'ont eux pas fait de victimes mortelles ni de dégâts matériels conséquents.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail