Colombie: le parti Farc devient le Parti des communs

Le parti FARC (illustration) est né il y a quatre ans, à la suite des accords de paix de 2015.
Le parti FARC (illustration) est né il y a quatre ans, à la suite des accords de paix de 2015. AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Il y a quatre ans les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie  - FARC - signaient las paix et déposaient les armes. Les anciens guérilleros fondaient un parti politique : la Force Alternative Révolutionnaire du Commun: FARC. Dimanche, à l'occasion de son deuxième congrès,  le parti de la FARC a décidé de changer de nom,  pour devenir le parti des Communs.

Publicité

avec notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detœuf

La question avait fait débat il y a quatre ans, lors de la constitution de l'ancienne guérilla en parti politique, rappelle notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detœuf. Les chefs des FARC ont voulu changer de nom -et d'acronyme - pour marquer leur rupture avec la lutte armée et séduire les électeurs. Mais les guérilleros de base s'étaient opposés à ce changement de nom, perçu alors comme un reniement.

Pourquoi l'acceptent-ils maintenant. Pour deux raisons qui sont liées. La première est que le parti FARC effectivement n'a pas séduit. Il est resté est un tout petit parti. La deuxième c'est que les dissidents qui ont repris les armes continuent de s'appeler FARC : en août 2019, un groupe de leaders du mouvement dont les anciens cadres de la guérilla, Ivan Marquez et Jésus Santrich, annonçait une deuxième naissance des FARC.

Or, règle de base du marketing politique: il vaut mieux pour un parti ne pas porter le même nom qu'un groupe armé qualifié de terroriste par les autorités.

Trois noms étaient dans la balance : Comunes, Unidad Popular del Común et Fuerza del Común. A l'issue d'un vote des militants, c'est donc le premier qui a été choisi. Pourquoi ce nom de Parti des Communs ? Pour des raisons historiques qui remontent à deux siècles, aux guerres d'indépendance. Le terme a été emprunté à José Antonio Galán, une des figures de la lutte contre le colonisateur espagnol et acteur de la révolte des comuneros. Puis, dans les années 50, ce fut le surnom donné aux communistes.

Lors de ce congrès, le parti a réaffirmé son attachement à l'accord de paix de 2015 mais ce changement de nom va-t-il permettre de dynamiser le parti des anciens guérilleros qui ont fait le pari de la paix ? Rien n'est moins sûr.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail