Brésil: la guerre des vaccins entre Jair Bolsonaro et l'État de São Paulo

La campagne de vaccination a commencé en pleine bataille politique qui oppose le gouvernement Bolsonaro et l’État de São Paulo, partenaire du chinois Sinovac. À regret, le gouvernement a passé une commande de 46 millions de doses de ce que Jair Bolsonaro qualifiait, d’un ton méprisant de «vaccin chinois».
La campagne de vaccination a commencé en pleine bataille politique qui oppose le gouvernement Bolsonaro et l’État de São Paulo, partenaire du chinois Sinovac. À regret, le gouvernement a passé une commande de 46 millions de doses de ce que Jair Bolsonaro qualifiait, d’un ton méprisant de «vaccin chinois». Andre Coelho AFP/Archivos
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Brésil, le cap des 220 000 morts et des neuf millions de cas confirmés a été franchi. La campagne de vaccination a commencé en plein coeur d'une bataille politique qui oppose le gouvernement Bolsonaro et l’État de São Paulo, partenaire du chinois Sinovac. Une véritable guerre des vaccins, qui risque de porter préjudice à la population.

Publicité

Avec notre correspondant à São Paulo, Martin Bernard

Le CoronaVac, de l’entreprise Sinovac et de l’Institut Butantan de São Paulo, est actuellement le principal vaccin disponible au Brésil. À regret, le gouvernement a passé une commande de 46 millions de doses de ce que Jair Bolsonaro qualifiait, d’un ton méprisant de  « vaccin chinois » et a pris une option pour 54 millions d’autres.

Tollé

Le gouverneur de São Paulo, Joao Doria, qui est le grand rival politique de Jair Bolsonaro, a exercé des pressions sur le ministère de la Santé: « Si vous ne confirmez pas cette option avant la fin de la semaine, nous pourrions exporter ces doses vers les pays voisins », avait-il dit dans un premier temps. Face au tollé provoqué par cette menace, il s’est finalement ravisé.

Pénurie

Mais cette véritable bataille politique inquiète les milieux médicaux, d’autant plus qu’elle intervient en pleine pénurie de vaccins au Brésil, et dans le monde. Le manque de consensus politique risque de troubler une campagne de vaccination qui a déjà commencé avec retard.

À lire: Covid-19: en manque d'oxygène, Manaus sombre dans le chaos sanitaire

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail