Le Venezuela expulse l'ambassadrice de l'UE

Le président vénézuélien Nicolas Maduro le 22 janvier 2021.
Le président vénézuélien Nicolas Maduro le 22 janvier 2021. © AP - Matias Delacroix

L'ambassadrice de l'Union européenne est expulsée du Venezuela. Le gouvernement de Nicolas Maduro vient de l'annoncer et a remis sa décision en mains propres à la diplomate. Elle fait suite aux nouvelles sanctions annoncées par Bruxelles.

Publicité

Isabel Brilhante Pedrosa a 72 heures pour quitter le territoire vénézuélien. Ce n'est pas une première. En juin dernier, le gouvernement vénézuélien avait déjà annoncé l'expulsion de l'ambassadrice de l'Union européenne, avant de se raviser à l'expiration du délai.

À l'époque, il s'agissait d'une riposte à une nouvelle salve de sanctions adoptées par Bruxelles. Même scenario ce mercredi, deux jours après l'adoption de mesures ciblées contre 19 fonctionnaires vénézuéliens : des députés, un gouverneur ou encore trois responsables du Conseil national électoral chargé d'organiser les législatives du mois de décembre, boycottées par l'opposition. Un scrutin largement remporté par le parti de Nicolas Maduro et ses alliés.

Ils sont désormais 55 à être interdits de voyages dans l'UE et dont les avoirs gelés. Le gouvernement vénézuélien évoque « une agression de plus » contre son peuple.

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères juge ces sanctions « arbitraires ». Elles marquent selon lui la « frustration d'un groupe d'États membres de l'Union européenne » qui ne parviennent pas à obtenir « un changement de régime » au Venezuela. Caracas appelle Bruxelles à changer d'attitude pour établir de « nouvelles relations de respect mutuel ».

L'UE réagit

L'Union européenne a elle rapidement réagi à l'annonce de Caracas, en demandant au gouvernement vénézuélien de « revenir » sur sa décision. Une décision qui va « accentuer l'isolement » du pays, a déclaré à l'AFP une porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

« Le Venezuela ne surmontera la crise actuelle que par la négociation et le dialogue. L'UE est prête à faciliter cela, mais une telle décision ne va pas aider », a souligné cette porte-parole, Nabila Massrali.

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail