Revue de presse des Amériques

À la Une: difficiles confirmations au Sénat pour les candidats de Biden

Le président américain Joe Biden prononce un discours alors qu'il participe à un événement virtuel de la Conférence de Munich sur la sécurité depuis la Maison Blanche, le 19 février 2021.
Le président américain Joe Biden prononce un discours alors qu'il participe à un événement virtuel de la Conférence de Munich sur la sécurité depuis la Maison Blanche, le 19 février 2021. REUTERS - KEVIN LAMARQUE

Publicité

Aux États-Unis, les candidats nommés au gouvernement fédéral par le président Joe Biden sont actuellement en plein processus de confirmation par le Sénat. Selon le Washington Post, qui s’appuie sur l’analyse d’organisations de défense des droits civiques, « les candidats noirs, latinos, asiatiques et amérindiens » voient plus d’obstacles sur leur route. Le journal prend l'exemple de Neera Tanden, la première Américaine d'origine indienne nommée à un poste au gouvernement fédéral. D'anciens commentaires qu'elle avait publiés sur les réseaux sociaux et qui visaient notamment des sénateurs ont été exhumés. Résultat : elle est menacée de ne pas être confirmée à ce poste - dont on parle généralement peu, note le Washington Post- , celui de directrice du Bureau de la gestion et du budget.

Même difficulté pour Deb Haaland, la première Amérindienne nommée à la tête du département de l'Intérieur. Pour les militants des droits civiques, c'est une tendance : tous ces candidats issus des minorités voient « leurs qualifications examinées de plus près et leur réputation attaquée avec plus de force que leurs homologues blancs ». Des accusations que certains élus républicains qualifient de ridicules dans les colonnes du même journal.

Le gouverneur de New York accusé de harcèlement sexuel

Direction New York, maintenant, où le gouverneur Andrew Cuomo est visé par des accusations de harcèlement sexuel. C'est l’une de ses anciennes conseillères, Lindsey Boylan, qui l'accuse dans un long essai publié sur le média Medium et dont le New York Times publie des extraits. Elle décrit plusieurs années « d'interactions inconfortables » avec le gouverneur, notamment un baisé forcé et « une invitation à jouer au strip-poker dans un avion ». L'administration Cuomo, déjà en proie à une controverse sur sa gestion des maisons de retraite, a nié les accusations.

Baltimore : ville productrice de vaccins… mais pas pour ses habitants 

Ce mardi, dans le Washington Post, c’est Baltimore qui fait la Une. Cette ville du Maryland, sur la côte-est, est durement touchée par la crise sanitaire. C'est là qu'est installée la plus grosse usine de fabrication des vaccins Johnson & Johnson et AstraZeneca, qui doit alimenter tout le pays. Il y a « de quoi vacciner chaque habitant de Baltimore des centaines de fois », précise le journal, mais la plupart des vaccins - qui doivent encore être approuvés par les autorités sanitaires américaines - quittent la ville pour ne jamais revenir. « La plupart de ces doses n'iront pas aux habitants de la ville, ni même à l'État du Maryland », où 2 millions de personnes éligibles attendent pourtant d'être vaccinées.

C'est le signe, selon le Washington Post, « de la complexité d'une chaîne d'approvisionnement mondiale qui se débat sous le poids de la demande ». « Au début du mois, poursuit le journal, le maire de Baltimore a écrit une lettre demandant à Johnson & Johnson de vendre 300 000 doses de vaccin directement à la ville, pour contourner le système fédéral » et « accélérer la distribution des vaccins » aux Afro-Américains et aux Latino-Américains en particulier. Pas de réponse du groupe pharmaceutique pour l'instant.

Scandale au Salvador à trois jours des élections

On termine cette revue de presse au Salvador. À quelques jours des élections municipales et législatives, la Cour des comptes révèle un possible scandale dans l'allocation d'aides aux agriculteurs, note La Prensa Grafica. Le programme « colis agricoles » est destiné à les aider à ensemencer leurs champs. Mais la Cour des comptes note des irrégularités dans la gestion du programme par le ministère de l'Agriculture entre juin 2019 et juin 2020. « Dans certaines municipalités, comme Suchitoto, [au Nord-Est de la capitale San Salvador], ces colis agricoles étaient livrés dans des entrepôts qui n'étaient ni autorisés ni inclus dans le programme », « notamment la propriété d'un des candidats aux primaires du parti Nuevas Ideas pour la mairie de la ville ». Nuevas Ideas n'est autre que le parti du président Nayib Bukele. Pointé aussi par la Cour des comptes : l'utilisation des « fonds alloués à l'achat de ces colis agricoles pour acheter des réserves stratégiques de céréales de base pendant la pandémie, sans demander l'autorisation de l'Assemblée pour modifier le budget, ce qui est interdit par la loi et pourrait même se prêter à des détournements de fonds », selon La Prensa Grafica.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail