Brésil: un jeune homme arrêté pour «incitation au crime contre la vie du président»

La police a invoqué la loi de Sécurité nationale pour arrêter le jeune homme (image d'ilustration).
La police a invoqué la loi de Sécurité nationale pour arrêter le jeune homme (image d'ilustration). © AFP - FRANKLIN FREITAStion).

Au Brésil, un jeune a été détenu pour « incitation au crime contre la vie du contre le président ». Sur son compte Twitter, il avait insinué qu'un « héros national » devait régler son compte à Jair Bolsonaro, lors d’une visite présidentielle. Ce qui choque certains juristes, c’est que le jeune homme a été arrêté sur la base de la loi de Sécurité nationale qui date de la dictature. 

Publicité

Avec notre correspondant à Sao Paulo,  Martin Bernard

Joao da Silva Junior est un jeune Brésilien de 24 ans. Peu avant l’arrivée du président Bolsonaro dans sa région de Minas Gerais cette semaine, il a demandé sur un réseau social s’il y avait des candidats à « devenir un héros national ». 

Selon la police, cela constituait une menace contre le chef de l’État, et elle a invoqué la loi de Sécurité nationale pour l’arrêter. 

Le jeune homme, qui a passé la nuit en prison, assure qu’il ne s’agissait que d’une « plaisanterie ». Son avocat précise qu’il n’a que 150 abonnés à son compte Twitter, et qu’il ne s’adressait qu’à ses amis. Plusieurs juristes critiquent le recours à la loi de Sécurité nationale contre le jeune homme – une loi qui date de l’époque de la dictature, mais qui est toujours en vigueur. 

Joao da Silva Junior a été placé en liberté provisoire. Il affirme avoir reçu des menaces de la part des partisans du président Bolsonaro. S’il est déclaré coupable, il risque au moins deux ans de prison.

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail