Les États-Unis accordent une protection aux réfugiés vénézuéliens ayant fui le régime de Maduro

Le président vénézuélien Nicolas Maduro le 22 janvier 2021.
Le président vénézuélien Nicolas Maduro le 22 janvier 2021. © AP - Matias Delacroix

Depuis les élections de 2018, considérées frauduleuses par Washington, et l’accession au pouvoir de Nicolás Maduro, près de 320 000 Vénézuéliens ont trouvé refuge aux États-Unis, au sud de la Floride en particulier. Mais l’administration Trump n’a jamais régularisé leur statut. Depuis aujourd’hui, ils peuvent prétendre à une protection temporaire de dix-huit mois. 

Publicité

Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Il s'agissait d'une promesse de campagne du candidat Joe Biden. Le président l’a réalisée. Tous les réfugiés vénézuéliens ayant fui le régime de Nicolás Maduro pourront bénéficier d’un statut de protection temporaire aux États-Unis.

Pour cela, il leur faudra avoir été présents sur sol américain avant le 8 mars et avoir un casier judiciaire vierge. Et ce statut leur permettra ainsi de travailler et de ne plus risquer une expulsion à tout instant pendant dix-huit mois. Cette mesure pourrait concerner jusqu’à 320 000 réfugiés.

La pression unilatérale sur Maduro ne suffit plus

Politiquement, l’administration Biden ne reconnaît pas la légitimité de Nicolás Maduro, et considère l'opposant Juan Guaidó comme président par intérim du Venezuela, tout comme l’administration Trump. Mais les démocrates reprochaient à celle-ci de ne rien avoir fait pour le sort des réfugiés jusque-là. 

En revanche, si elle est en théorie sur la même ligne en ce qui concerne les sanctions imposées à Caracas, et en particulier à son pétrole, l’administration Biden pense que cette pression unilatérale ne suffit plus, laissant entendre qu’elle pourrait rapidement mobiliser des alliés à sa stratégie. 

► À lire aussi : Venezuela: nouvelle passe d'armes entre les États-Unis et Caracas

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail