État de New York: accusé de harcèlement, Andrew Cuomo refuse toujours de démissionner

Andrew Cuomo (notre photo d'illustration). Huit femmes l’accusent de faits de harcèlement sexuel ou d’attouchements.
Andrew Cuomo (notre photo d'illustration). Huit femmes l’accusent de faits de harcèlement sexuel ou d’attouchements. GETTY/AFP/File

Aux États-Unis, le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, refuse toujours de démissionner, alors que désormais huit femmes l’accusent de faits de harcèlement sexuel ou d’attouchements. La pression se fait de plus en plus forte et les appels à la démission proviennent notamment du propre camp d’Andrew Cuomo, le Parti démocrate.

Publicité

« Nous croyons ces femmes, nous croyons les informations, nous croyons la procureure, et nous croyons les élus du Parlement new-yorkais qui ont conclu que le gouverneur Cuomo ne peut plus diriger efficacement ». Le ton est ferme et parmi les signataires de ce communiqué figure la parlementaire Alexandria Ocasio-Cortez, élue de New York et étoile montante de l’aile gauche du Parti démocrate.

Cuomo a « perdu la confiance »

D’autres poids-lourds se sont exprimés ces dernières heures, notamment les deux sénateurs de l’État de New York. Selon eux, Andrew Cuomo a « perdu la confiance de ses partenaires de gouvernement et des New Yorkais ». Outre ces prises de positions, une enquête a été ouverte au sein du Parlement de l’État de New York, en plus de l’enquête judiciaire décidée par la procureure.

Position intenable ?

Lors de sa dernière prise de parole, vendredi 12 mars, Andrew Cuomo, 63 ans, a de nouveau nié les faits de harcèlement sexuel et d’attouchement dont il est accusé. Il a assuré qu’il ne démissionnerait pas. Une position qui apparaît de plus en plus intenable face au rythme des révélations et aux nombre de voix qui s’élèvent pour demander son départ.

À lire aussi : Andrew Cuomo, un gouverneur au cœur du scandale

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail