Revue de presse des Amériques

À la Une: Cuba sans Castro ?

Raul Castro, premier secrétaire du Parti communiste cubain et ancien président, salue les participants du 8e Congrès du Parti communiste cubain. A droite, le président Miguel Diaz-Canel. 16 avril 2021.
Raul Castro, premier secrétaire du Parti communiste cubain et ancien président, salue les participants du 8e Congrès du Parti communiste cubain. A droite, le président Miguel Diaz-Canel. 16 avril 2021. © AP - Ariel Ley Royero

Publicité

C’était il y a 60 ans, un 19 avril. « Ce jour-là, rappelle Granma, David a vaincu Goliath ». Le journal d’État cubain fait référence au débarquement raté d’exilés cubains soutenus par la CIA dans la baie des Cochons. Aujourd’hui, « Cuba tire de nouvelles leçons », poursuit Granma, en clôturant le 8e congrès du Parti communiste cubain. Il est pour la dernière fois présidé par Raúl Castro. Ce dernier « quitte la scène et met fin à six décennies de contrôle de la famille Castro à Cuba », écrit le journal brésilien Correio Braziliense.

Pour le chargé d’affaires de Cuba à Brasilia, ce départ de Raúl Castro de la direction du parti n’est pas « la fin d’une époque ». « Au contraire, nous l’assumons comme une continuité, dit-il, comme un processus de changement de génération dans une révolution, dont le trésor le plus précieux est précisément l’héritage (...) de Fidel » Castro. C’est cette même « continuité » qui inquiète les représentants de l’opposition interrogés par le quotidien brésilien. Certains, comme le journaliste indépendant Héctor Valdés Cocho, prédisent que « les tentacules de la famille Castro continueront à contrôler Cuba ». Au-delà de la politique d’ouverture, de flexibilisation de Raul Castro, souligne le média cubain 14ymedio, « la structure du régime totalitaire est restée tout aussi rigide, l’autocensure étant sa meilleure alliée ».

Il y a trois ans commençaient les manifestations au Nicaragua

« On n’oublie pas le mois d’avril », titre simplement La Prensa ce lundi. En Une, un guardabarranco, l’oiseau symbolique du Nicaragua, sur fond blanc. Il y a trois ans, rappelle le journal, commençaient à éclater un peu partout au Nicaragua des manifestations contre le gouvernement de Daniel Ortega et Rosario Murillo. Trois ans plus tard, « le couple s’est maintenu au pouvoir (...) grâce au soutien des forces armées, avec lesquelles il a construit un système autoritaire et répressif ».

La Prensa le juge similaire au système vénézuélien. Depuis trois ans, « la population du Nicaragua n’a pas cessé de réclamer un changement, bien que cela se fasse désormais sur les réseaux sociaux, car le régime maintient la pression sur la rue avec la menace d’être arrêté et poursuivi pour des crimes fabriqués » par les forces de l’ordre.

Argentine : bras de fer entre la ville de Buenos Aires et la présidence

En Argentine, des écoles sont ouvertes à Buenos Aires ce lundi 19 avril. Pourtant, un décret présidentiel avait décidé de les fermer à nouveau pour 15 jours pour tenter d’endiguer une nouvelle flambée de Covid-19. Une photo du maire de la ville, Horacio Rodriguez Larreta, s’étale en une de Clarin. Ce dernier a annoncé dimanche soir que des écoles seraient ouvertes pour les enfants et adolescents après la décision rendue par la Cour d’appel de la ville.

Saisie par des organisations de parents d’élève, cette dernière s’est prononcée contre la suspension des cours en présentiel, estimant que ce décret présidentiel « fragilisait l’autonomie de la ville et son pouvoir de police ». Pour la présidence, cette juridiction est incompétente. En tout cas selon El Dia, ce bras de fer entre Buenos Aires et les autorités fédérales « accroît les tensions politiques et l’incertitude ». Les syndicats d’enseignants se sont mis en grève.

Montréal : les jeunes manifestent contre le couvre-feu

Au Canada, plusieurs centaines de jeunes ont manifesté dimanche 18 avril à Montréal contre le couvre-feu, imposé de 20 h à 5 h du matin. Un couvre-feu qui selon eux « précarise davantage les populations vulnérables », ainsi que « les victimes de violences domestiques en les confinant dans un espace avec leur agresseur », détaille Montreal Gazette.

Le Devoir explique que « ce rassemblement s’inscrit dans une série de manifestations contre le couvre-feu, survenues à Montréal et dans le reste de la province ces derniers jours ».

Aux États-Unis, la fraude aux fausses cartes de vaccination

Sur eBay, les autorités observent depuis plusieurs semaines la vente de carnets de vaccinations vierges, raconte le Washington Post. Ils s’arrachent autour de 10 dollars, notamment depuis que certains commerces et universités exigent de prouver que l’on a été vacciné.

Le FBI, la police fédérale américaine, avait lancé un avertissement la semaine dernière, et rappelée que la fabrication et la vente de ces cartes étaient passibles de poursuites. Le journal s’étonne de la décision des autorités « d’utiliser des cartes en papier qui peuvent être facilement photocopiées ou même imprimées à partir d’un modèle, plutôt qu’un système de suivi numérique ». En somme, un boulevard pour les faussaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail