Revue de presse des Amériques

À la Une: ouverture d’une enquête fédérale sur la police de Minneapolis aux États-Unis

Le procureur général Merrick Garland au ministère de la Justice, à Washington, le 21 avril 2021.
Le procureur général Merrick Garland au ministère de la Justice, à Washington, le 21 avril 2021. REUTERS - POOL

Publicité

« Le verdict de culpabilité dans le meurtre de George Floyd a insufflé un nouvel élan aux efforts de la Maison Blanche et du Congrès pour réformer les pratiques policières », estime ce jeudi le Washington Post. Le quotidien fait écho à l’annonce par le ministère de la Justice de l’ouverture d’une enquête sur les pratiques de la police de Minneapolis. Une enquête qui vise une police accusée depuis longtemps de racisme explique le New York Times, statistiques à l’appui. Si les Afro-Américains représentent 20% de la population de Minneapolis, ils représentent 60% des victimes lors des affrontements avec la police. Selon le Washington Post, un accord bipartisan devrait être conclu dans les deux semaines pour réformer les pratiques en cours dans les forces de l’ordre. Un accord possible grâce au contexte particulier, le « momentum » comme le dit le Washington Post que vit le pays suite au verdict dans le procès de George Floyd et la prise de conscience qu’il implique.

État d’urgence décrété en Équateur pour faire face à la pandémie

Le président Lenin Moreno, qui doit quitter son poste le 24 mai prochain, a décrété dans la nuit de mercredi à jeudi l’État d’urgence jusqu'au 20 mai, ce qui inclut un couvre-feu et la limitation des droits fondamentaux des citoyens. Une mesure qui sera appliquée dans seize provinces précise El Universo. Un confinement strict sera également mis en place durant les week-ends. Des mesures critiquées, car après un an de pandémie, il n’y a toujours pas de stratégie claire, estime El Comercio. L’indiscipline des citoyens, l’effondrement du système de santé public, le tout combiné à un taux de mortalité en constante hausse, supposent des mesures fortes, surtout dans les foyers épidémiques. El Comercio appelle donc les autorités à mieux cibler les mesures. Pour le quotidien La Hora, la situation est tout simplement pire qu’il y a un an et toutes les promesses faites par les autorités n’ont tout simplement jamais été tenues.

Des ingérences étrangères dans l’élection présidentielle au Pérou ?

Une information qui fait la Une de Perú21. Le candidat du parti Perú Libre, Pedro Castillo, qui représente la gauche radicale, est depuis maintenant trois jours à Lima, la capitale du pays. Et depuis son arrivée, il ne s’est toujours pas exprimé, explique le quotidien. Mais si le candidat qui doit affronter Keiko Fujimori le 4 juin prochain reste silencieux, ce n’est pas le cas de ses alliés, ses nouveaux « parrains » politiques comme les présente Perú21 qui fait la référence entre autre à Evo Morales. Car l’ancien président bolivien n’hésite pas à parler du programme de Pedro Castillo et notamment de son intention de mettre en place une assemblée constituante, ce qui impliquerait la dissolution du Congrès et une concentration des pouvoirs au niveau présidentiel. Des déclarations qui ont le don d’énerver Keiko Fujimori qui dénonce dans les pages du quotidien les ingérences de la Bolivie et du Venezuela. Une candidate qui a par ailleurs été autorisé hier par la justice de son pays à se déplacer pour faire campagne, alors qu’elle fait toujours l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail