Covid-19 au Canada: l’utilisation de 300 000 doses du vaccin Johnson et Johnson suspendue

Logo de la compagnie Johnson & Johnson et doses de vaccin.
Logo de la compagnie Johnson & Johnson et doses de vaccin. JUSTIN TALLIS AFP/File

Le Canada a dû suspendre l’utilisation de 300 000 doses du vaccin Johnson et Johnson venus d’une usine américaine où ce lot aurait subi une contamination. Ce vaccin, qui permet d’être immunisé avec une seule dose, est pourtant très attendu pour traiter les personnes vulnérables comme les sans-abris ou les autochtones.

Publicité

La suspension du vaccin de Johnson et Johnson, approuvé par les autorités sanitaires canadiennes en mars, ne tombe pas bien, écrit notre correspondante au Canada, Pascale Guéricolas. Plusieurs médecins espéraient que cette dose unique de vaccin pourrait être utilisée pour les sans-abris difficiles à rejoindre ou les communautés autochtones éloignées des grands centres.

Les autorités espèrent prendre de vitesse la troisième vague du virus qui frappe de plein fouet actuellement l’Alberta et l’Ontario. Dans cette province, 900 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Des hôpitaux ont dû évacuer certains patients vers des ressources de soin à longue durée pour pouvoir traiter les malades du Covid-19.

►À lire aussi : Covid-19 au Canada: l'Ontario durcit et prolonge son confinement

Les éclosions semblent particulièrement virulentes dans certains milieux de travail. Un troisième centre de distribution opéré par Amazon a dû partiellement fermer ses portes, le temps de maîtriser la transmission de cas de Covid-19. Tous les espoirs reposent sur la campagne vaccinale qui bat son plein.

Manifestation anti-confinement à Montréal

Samedi 1er mai, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé autour du stade olympique de Montréal, qui abrite l'un des principaux centres de vaccination du Québec, pour dénoncer les mesures sanitaires imposées afin de contrer la troisième vague de la pandémie au Canada.

« Non au masque », « Non au couvre-feu », « Non au passeport sanitaire », proclamaient plusieurs banderoles tout au long du cortège, encadré par une imposante présence policière. Les manifestants étaient pour la plupart non masqués et peu soucieux des mesures de distanciation, jugent « injustifiées » les restrictions sanitaires imposées par le gouvernement québécois. Ils dénoncent notamment le port du masque obligatoire en cas de rassemblement à l'extérieur ou l'imposition d'un couvre-feu provincial depuis début janvier.

La police de Montréal se refuse à chiffrer le nombre de manifestants. Selon les estimations concordantes de plusieurs médias, le cortège a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes, 30 000 selon la chaîne Radio-Canada, soit la plus importante manifestation anti-confinement de ces derniers mois au Québec.

Le Canada recensait samedi plus de 1,2 million de cas de coronavirus et 24 200 morts, dont plus de la moitié en Ontario et au Québec. Un tiers des Canadiens a déjà reçu une injection vaccinale. Une très grande partie de la population devrait avoir reçu une première dose début juin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail