Revue de presse des Amériques

À la Une: un pont s'effondre et provoque la chute du métro aérien de Mexico

Les décombres de la chute du métro aérien de Mexico. Au moins 23 personnes sont mortes dans l’effondrement du pont.
Les décombres de la chute du métro aérien de Mexico. Au moins 23 personnes sont mortes dans l’effondrement du pont. © AP/Fernando Llano

Publicité

Au moins 23 personnes sont mortes dans l’effondrement d’un pont du métro aérien lundi 3 mai au soir à Mexico. La presse, à l’instar d’El Universal publie une vidéo qui montre l’accident et aussi des témoignages de passagers. Comme celui de Mariana, 26 ans. « Nous avons entendu un bruit de tonnerre, ensuite c’était la chute, tout le monde a été projeté au plafond ». Selon la jeune femme, les passagers sont restés 15 minutes à l’intérieur de la rame jusqu’à ce qu’un passager réussisse à ouvrir une fenêtre pour permettre à ceux qui le pouvaient de sortir.

Cet accident a suscité rapidement des réactions allant de solidarité aux accusations diverses. Le président du parti PRD reproche aux autorités un manque d’entretien. Un autre responsable politique évoque la corruption qui serait à l’origine de ce drame. D’après Milenio, cette ligne 12, la plus récente du réseau, connaissait effectivement des problèmes d’entretien dès l’inauguration il y a presque 10 ans. L’enquête d’une entreprise française réalisée en 2014, après la fermeture temporaire de la ligne, concluait que celle-ci était certes opérationnelle, mais dans les limites des normes internationales. 

L’ONU condamne les violences en Colombie

En Colombie, les violences lors des manifestations contre la réforme fiscale (qui ont fait une vingtaine de morts et plus de 800 blessés) ont suscité l’inquiétude des Nations unies. Le Haut Commissariat aux droits de l’homme a condamné l’usage excessif de la force de la part de la police. Des violences qui affectent particulièrement la ville de Cali. C’est à la Une de Semana qui publie sur son site des vidéos montrant des manifestants armés en train de tirer des coups de feu.

D’après les autorités, quatre policiers ont été blessés par des tirs provenant de civils. Mais selon des élus d’opposition de la ville de Cali, cités par Semana, c’est la police de la ville qui tire sur la population qui est obligée de« fuir les balles ». Selon un dernier bilan officiel, 19 personnes, dont un policier, sont mortes depuis le début des manifestations il y a une semaine. Le journal El Espectador publie un portrait de ces victimes. 

La mobilisation se poursuit contre les réformes

En tout cas, ces actes de violence n’empêchent pas les Colombiens de descendre dans la rue. Les syndicats ont appelé à une nouvelle journée de manifestations pour ce mardi. Cette fois-ci, il s’agit de protester contre le projet de réforme du système de santé. C’est à lire sur le site d’information ADN.

Selon Semana, ce projet de réforme a été avancé « discrètement » dans le sillon de la réforme fiscale et risque de provoquer également des remous. Même si « tout le monde est d’accord sur le principe d’une révision de ce système de santé, mis à mal par la pandémie. Il faut notamment renforcer le suivi des patients pour anticiper d’éventuelles maladies. »

Audition à haut risque pour Jair Bolsonaro

Au Brésil, les auditions de quatre anciens ministres de la Santé débutent ce mardi. Ils témoignent devant une commission d’enquête censée examiner la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement Bolsonaro. Deux ministres ouvrent le bal aujourd’hui, Luiz Henrique Mandetta et Nelson Teich. C’est surtout le premier qui attire l’attention des médias, car il était au poste au début de la pandémie et il s’est transformé en farouche adversaire du président. Le journal O Globo précise que le ministre doit témoigner sous serment, il est donc « obligé de dire la vérité ».

Une vérité sans doute inconfortable pour le président d’extrême droite. Luiz Henrique Mandetta devrait lors de son audition souligner que Jair Bolsonaro a toujours été opposé à des mesures de restrictions sanitaires et proposait des traitements à la chloroquine, un moyen qui s’est avéré totalement inefficace contre le Covid-19. Selon Carta Capital, l’objectif des auditions – dont le moment fort sera demain avec le témoignage de l’ex-ministre Pazuello – est de savoir si le Brésil aurait pu adopter une autre stratégie pour lutter contre la pandémie et ainsi éviter les plus de 400 000 morts enregistrés jusqu’à présent.

Une bière pour une vaccination

Aux États-Unis, la campagne de vaccination se poursuit à un rythme soutenu. Les doses sont disponibles, mais il manque des bras. Comment convaincre les Américains réticents à la vaccination de se faire piquer ? Les autorités ont développé plusieurs stratégies, selon un article du New York Times. L’État du New Jersey offre une bière à la personne qui se déplace pour la première fois dans un centre de vaccination.

Dans l’État du Maryland, pas de boisson alcoolisée, mais un chèque de 100 dollars pour les employés du service public qui ne refusent pas l’injection. Est-ce que cela fonctionnera ? Oui, croit savoir un médecin interviewé par le New York Times. En tant qu’être humain, nous sommes plus sensibles à la carotte qu’au bâton. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail