États-Unis: Liz Cheney, symbole de l'influence que conserve Trump sur le Parti républicain

La numéro trois des républicains à la Chambre des représentants, Liz Cheney (ici, au Capitole à Washington, le 28 avril 2021), devrait être remplacée par une jeune élue, Elise Stefanik.
La numéro trois des républicains à la Chambre des représentants, Liz Cheney (ici, au Capitole à Washington, le 28 avril 2021), devrait être remplacée par une jeune élue, Elise Stefanik. REUTERS - JONATHAN ERNST

Le bras de fer continue entre les anti et les pro-Trump au sein du Parti républicain. Dernière illustration : la campagne dirigée contre Liz Cheney. La numéro trois du parti, critique de Donald Trump, risque d’être démise de ses fonctions cette semaine, remplacée par une jeune élue, fidèle de l’ancien président. 

Publicité

Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

L’avenir de Liz Cheney en tant que numéro trois des républicains à la Chambre des représentants semble bel et bien scellé. Dimanche 9 mai, plusieurs hauts responsables du parti, y compris le numéro un du groupe à la Chambre, ont dit soutenir un vote contre elle.

La décision devrait avoir lieu mercredi. Liz Cheney devrait être remplacée par une jeune élue, Elise Stefanik. Un changement qui illustre une nouvelle fois l’emprise de Donald Trump sur le parti. Car si Liz Cheney se voit mise à l’écart, c'est parce qu’elle n’a pas hésité à s’opposer publiquement à Donald Trump.

La fille de l’ancien vice-président Dick Cheney avait notamment voté pour la destitution de Donald Trump après l’attaque du Capitole. Elle avait également appelé le parti à s’éloigner de l’ancien président et de ses mensonges au sujet d’une élection truquée.

► À lire aussi : États-Unis: le comité du Parti républicain tente de s’attirer le soutien financier de Trump

Preuve également du pouvoir de Donald Trump, Elise Stefanik, qui devrait donc remplacer Liz Cheney, est une fidèle du milliardaire républicain.

Pourtant, Elise Stefanik n’est élue que depuis six ans. Elle était jusque-là considérée comme une progressiste et avait plutôt tendance à plus facilement voter avec les démocrates. Mais sa défense sans faille de Donald Trump a fait d’elle « une star » et lui a valu le soutien de l’ancien président.

Les républicains maintiennent que ce vote contre Liz Cheney vise à unir le parti, mais cela risque plutôt de marquer un peu plus la fracture entre les fidèles de Donald Trump et ceux qui souhaitent s’en éloigner.

 À écouter aussi : Après Trump, la guerre civile chez les républicains

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail