Manifestations en Colombie: la population appelée à une nouvelle journée de grève

Les manifestations se sont poursuivies dans plusieurs villes de Colombie lundi 10 mai 2021.
Les manifestations se sont poursuivies dans plusieurs villes de Colombie lundi 10 mai 2021. REUTERS - STRINGER

La violente répression des manifestations par les forces de l'ordre en Colombie a attisé davantage la colère de la rue. Le principal collectif de la mobilisation sociale avait rendez-vous avec le chef de l'État lundi 10 mai. Une rencontre qui s'est soldée par un échec et l'appel à une nouvelle journée de grève et de manifestations pour ce mercredi 12 mai.

Publicité

En Colombie, la situation reste tendue. Depuis bientôt deux semaines, le pays est secoué par un important mouvement de contestation. Le président Ivan Duque a dû retirer son projet de réforme fiscale qui avait mis le feu aux poudres. Mais la violente répression des manifestations par les forces de l'ordre a attisé davantage la colère de la rue.

Après quatre heures de rencontre avec le président Ivan Duque, les représentants du collectif – qui rassemble syndicats, organisations sociales et étudiants – sont sortis très remontés du palais présidentiel à Bogota. Impossible, selon eux, d'avancer sur leurs nombreuses revendications puisque le chef de l'État ne prend pas en compte leur première demande : mettre un terme à la répression.

« L'une des garanties de base que nous voulons voir respectée, c'est le droit constitutionnel à manifester pacifiquement. Mais Ivan Duque a tenu, au contraire, un discours complaisant sur l'usage excessif de la force publique durant les manifestations. Nous appelons donc la population colombienne à une nouvelle journée de grève nationale le 12 mai afin d'exiger du gouvernement qu'il réponde à nos revendications, qu'il écoute les différents acteurs de la société et qu'il se penche d'urgence sur les dénonciations qui nous proviennent de Cali et qui font entre autres, état d'abus sexuels commis sur les femmes qui descendent dans la rue », a déclaré Jennifer Pedraza, leader étudiante de ce Comité national de grève.

Dans la nuit, le gouvernement a lâché du lest : Ivan Duque se déclare prêt à entamer une négociation avec les protestataires. Jusqu'ici, il avait parlé d'un simple dialogue.

 À lire aussi : Colère sociale en Colombie: le gouvernement propose un «dialogue»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail