Argentine: sans revenus, le «taxi de Twitter» appelle aux internautes et regagne les rues

Les rues de Buenos Aires, le 30 mai 2020. (Illustration)
Les rues de Buenos Aires, le 30 mai 2020. (Illustration) AFP - ALEJANDRO PAGNI

Un chauffeur de taxi argentin était dépourvu de son outil de travail à cause d’une panne… qu’il ne pouvait réparer par manque de moyens. Après un confinement de huit mois qui a fait plomber ses revenus en 2020, Javier Pereyra a dû se mettre à l’arrêt un mois supplémentaire. Mais grâce à la solidarité des internautes, le « taxi de Twitter » a pu regagner les rues de Buenos Aires.

Publicité

De notre correspondant à Buenos Aires,

À l’origine, c’est une histoire comme il y en a malheureusement beaucoup en Argentine : celle d’un sexagénaire, Javier Pereyra, qui après trois années de crise économique et une de pandémie de Covid-19, est « asphyxié économiquement », selon ses termes.

Javier est chauffeur de taxi à Buenos Aires et les déplacements réduits par le confinement en 2020 ont considérablement plombé son activité. D’autant que l’Argentine, ou plus précisément la métropole de Buenos Aires, a connu le confinement le plus long du monde : huit mois au total, entre mars et novembre 2020.

À cela, il faut ajouter une première panne, intervenue en juin 2020, qui l’oblige à prendre un crédit pour pouvoir faire réparer sa voiture. Soit des revenus en baisse et des dettes à rembourser, mais lorsque son véhicule, son outil de travail, tombe en panne une nouvelle fois en mars dernier 2021, Javier n’a tout simplement pas les moyens d’y faire face.

Financer une cause pour le prix d’un « cafecito »

Sans moyens pour réparer son véhicule, il se trouve aussi sans véhicule pour avoir des revenus. Soit une impasse, jusqu’à ce que la femme de Javier, « la Giselle », comme il l’appelle affectueusement, ait une idée la semaine dernière. À l’origine, cela commence comme une blague qu’elle lance sur Twitter : organiser une campagne de financement participatif, comme cela se fait beaucoup en Argentine, pour aider son mari.

Sauf que sur le réseau social, les gens prennent la blague au sérieux, et lui disent de mettre en place cette campagne. « La Giselle » s’exécute et crée une cagnotte sur une plateforme appelée « cafecito ». Le principe est simple : les internautes qui le souhaitent peuvent donner 200 pesos, à peu près le prix d’un café, pour soutenir une cause de leur choix.

« La Giselle » crée la cagnotte et lance un appel sur Twitter. Javier Pereyra, alias « El tachero de tuiter » (soit le « taxi de Twitter » en français), relaie l’appel et le lien de la cagnotte auprès de ses 9 000 abonnés. 48h et 400 retweets plus tard, 675 « cafecitos » - c’est-à-dire 140 000 pesos argentins - ont été récoltés : l’équivalent de 1 200 euros environ.

Et dès le 7 mai, qui est en Argentine la journée nationale des taxis, Javier Pereyra peut enfin envoyer son taxi en réparation.

En remerciement, tirage au sort de deux courses gratuites

En guise de remerciement, Javier Pereyra a organisé un tirage au sort parmi tous ses bienfaiteurs, avec à la clé deux courses de taxi gratuites - une sorte de tombola virtuelle. À l’arrivée, ce sont celles ou ceux qui répondent aux pseudos de @Moli_Malone et @Lyliphoto, qui ont remporté le gros lot.

Et depuis, si on va sur son profil twitter de Javier Pereyra, on peut le voir relayer d’autres cagnottes en ligne pour venir en aide à des Argentins qui, comme lui, ont du mal à s’en sortir.

 À lire aussi : Covid-19: les contaminations en forte hausse, l'Argentine impose de nouvelles restrictions

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail