Québec: l'opposition veut faciliter l'accès au statut de résident permanent

Vue du centre-ville de Montréal. En moyenne, il faut attendre 2,5 ans pour obtenir le statut de résident permanent au Québec.
Vue du centre-ville de Montréal. En moyenne, il faut attendre 2,5 ans pour obtenir le statut de résident permanent au Québec. AFP - DANIEL SLIM

Près de 50 000 personnes venues s’installer au Québec ces dernières années attendent depuis longtemps une régularisation de leur statut administratif. Il faut pourtant disposer du statut de résident permanent pour acheter un logement, changer facilement d’employeur ou voyager hors du pays. Un groupe de défense de ces immigrants, soutenu par les partis d’opposition, demande aux gouvernements québécois et canadien de s’entendre pour régler cette situation.

Publicité

Avec notre correspondante à Québec, Pascale Guéricolas

Les délais se sont allongés depuis deux ans pour les personnes résidant au Québec, ce qui pousse plusieurs francophones à partir pour les provinces anglophones. En moyenne, il faut attendre 2,5 ans pour obtenir le statut de résident permanent dans la province francophone, contre seulement six mois si l’on se trouve dans une province anglophone. Une différence de délai qui s’explique en partie par une dispute entre le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral canadien.

Pourtant l’économie a cruellement besoin de main-d’œuvre et d’immigrants, comme le remarque la députée Catherine Dorion, dans l’opposition. « Le Québec attend, espère, partout, dans tous les milieux, se demande pourquoi [les travailleurs migrants] n'arrivent pas ? Il faut poser la question pour que toute la classe politique pointe leurs spots et leurs micros sur les deux gouvernements et leur disent : maintenant, vous arrêtez de nous "niaiser" ! »

« Je travaille pour le bien du Québec, pour l'économie »

Arrêter de « niaiser » [se moquer des gens, NDLR], pour la députée de Québec solidaire, cela veut dire trouver des solutions pour qu’une architecte d’origine française, comme Louise Mazoric, diplômée au Québec, quitte enfin son statut temporaire après sept ans ici. « D’un côté, je travaille pour le bien du Québec, pour l'économie, pour tout, mais d'un autre côté, j'ai l'impression, pas qu’on se fiche de moi, mais c’est tout comme », témoigne l'intéressée. 

Une manifestation pour réclamer un meilleur traitement des immigrants aura lieu à Montréal samedi. 

À lire aussi : Québec: la justice ordonne de continuer à traiter les dossiers des migrants

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail