Venezuela: Nicolas Maduro se dit prêt à discuter avec l'opposition

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (Photo illustration).
Le président vénézuélien Nicolas Maduro (Photo illustration). © JHONN ZERPA Venezuelan Presidency/AF

Le dialogue entre le gouvernement chaviste et l'opposition va-t-il reprendre ? Il est au point mort depuis fin 2019. La Norvège tente une nouvelle médiation pour résoudre la crise économique et humanitaire que traverse le pays. L'opposant Juan Guaido, affaibli sur le plan international et critiqué en interne, a montré des signes d'ouverture. Mercredi 12 mai, dans la soirée, le président Maduro a soutenu qu'il était prêt à participer à ce dialogue.

Publicité

C'est « quand ils veulent, où ils veulent, et comme ils veulent », a insisté Nicolas Maduro. Le président vénézuélien se dit prêt à recevoir l'aide de l'Union européenne et de la Norvège, et à rencontrer l'opposition. La carotte, c'est la levée des sanctions internationales, notamment celles des États-Unis, qui frappent très durement le Venezuela.

L'opposant Juan Guaido a promis d'en discuter en échange d'un calendrier pour des élections libres. Dans son allocution télévisée mercredi soir 12 mai, Nicolas Maduro s'est d'ailleurs adressé personnellement à celui qui s'était autoproclamé président par intérim il y a un peu plus de deux ans. « Maintenant Guaido veut s'asseoir avec moi. Vous en dites quoi ? Quel piège prépare-t-il ? Ils lui en ont donné l'ordre. C'est fini, Guaido, ta présidence est terminée ! Tu n'es plus qu'un membre de l'opposition et tu dois parler à Maduro ! », a-t-il dit.

Nouveau Conseil national électoral

Les réunions ont déjà commencé si l'on en croit l'un des bras droits de Juan Guaido. Elles se déroulent à quelques mois d'élections régionales et municipales. Une grande partie de l'opposition avait choisi de boycotter les derniers scrutins, jugés inéquitables.

Il y a quelques jours, un nouveau Conseil national électoral a été mis en place. Trois de ses cinq membres sont proches du parti au pouvoir. En parallèle, la Cour suprême du Venezuela, dominée par des proches de Nicolas Maduro, a demandé l'extradition de Leopoldo Lopez, autre figure de l'opposition. Condamné à 14 ans de prison pour incitation à la violence lors de manifestations antigouvernementales, il vit réfugié en Espagne depuis 7 mois. Ce dernier se dit victime de persécution.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail