Revue de presse des Amériques

À la Une: le président Ivan Duque exige la levée des barrages routiers en Colombie

Des manifestants incendient le bureau d'une station de péage lors d'une nouvelle manifestation antigouvernementale à Medellin, en Colombie, le 16 mai 2021.
Des manifestants incendient le bureau d'une station de péage lors d'une nouvelle manifestation antigouvernementale à Medellin, en Colombie, le 16 mai 2021. © AFP - JOAQUIN SARMIENTO

Publicité

Vingt-et-un jours de manifestations antigouvernementales en Colombie. La mobilisation ne faiblit pas et continue à faire la une de la presse. Le site d’El Pais, journal de Cali, épicentre de ces manifestations, publie des vidéos d’une impressionnante explosion près d’une station essence de Yumbo, dans le sud-ouest du pays. Elle s’est produite près d'une route bloquée par les manifestants, où des pneus et des véhicules ont été brûlés.

Selon le journal, « les manifestants ont attaqué à coups de pierres les bureaux du maire avant d'y mettre le feu ». Des distributeurs de billets et le poste de police ont aussi été attaqués, selon El Pais, qui avance un bilan provisoire d'un mort et de 30 blessés. Ce quotidien soutient que le commandant de la police de Cali a démissionné de son poste lundi après avoir reçu des menaces de mort. Un retrait « déconcertant », commente Semana.

De son côté, Ivan Duque affiche un message de fermeté. Le président colombien veut mettre fin aux blocages qui provoquent, insiste-t-il, des pénuries dans certaines villes. Il soutient avoir ordonné « l'augmentation de toutes les capacités opérationnelles des forces de l'ordre sur le terrain pour - avec les maires et les gouverneurs - débloquer les routes du pays dans le strict respect des droits de l'homme ». Lundi, une nouvelle réunion entre le gouvernement et le Comité national de grève n'a rien donné, note El Espectador. Une autre réunion est prévue ce mercredi.

Argentine : le pays suspend ses exportations de viande

C’est une information importante pour le 4e exportateur mondial de viande. Le gouvernement argentin a décidé de suspendre ces exportations de viande bovine pendant 30 jours, écrit El Dia, pour « contenir une flambée des prix sur le marché intérieur ». Le coût de la vie a bondi en Argentine de 46% au cours des douze derniers mois. Mais cette mesure passe mal chez les producteurs de viande, explique La Voz. À l'issue d'une réunion ce mardi, ceux-ci ont annoncé l'arrêt de la commercialisation de leurs produits pendant une semaine

Haïti : appel à la mobilisation contre le référendum

L'agence Alterpresse indique que plusieurs secteurs ont annoncé leur mobilisation en Haïti et à Washington ce mardi, à l'occasion du 218e anniversaire de la création du drapeau national haïtien. Ils jugent illégal ce référendum sur un changement de Constitution, prévu le 27 juin. Le Nouvelliste note que l'organisation du scrutin avance à grands pas. « Procès-verbaux, encre indélébile, smartphone, kits pour la formation…du matériel sensible et non sensible (...) commencent à arriver au pays », peut-on lire ce mardi. Parallèlement, poursuit Le Nouvelliste, « Jovenel Moïse peine à trouver un accord politique pour former (...) un gouvernement d’union nationale. (...) Faute d'accord, le président a dû renouveler pour 30 jours de plus le mandat du Premier ministre Claude Joseph ». Selon les principales organisations politiques de l’opposition, « pas de dialogue possible avec Jovenel Moïse qui, selon elles, occupe le Palais national illégalement depuis le 7 février 2021 ».

États-Unis : le droit à l’avortement en danger ?

Aux États-Unis, les associations d'aide à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) s'inquiètent de voir la Cour suprême se saisir d’une affaire liée au droit à l'avortement. La plus haute juridiction américaine accepte en effet d'étudier une loi du Mississippi qui interdit l’IVG au-delà de la 15e semaine de grossesse. Selon le Clarion Ledger, quotidien de Jackson, au Mississippi, « les juges ont hésité pendant des mois à se saisir de cette affaire » polémique.

Cette Cour suprême, désormais à majorité conservatrice, n'a accepté de répondre qu'à une seule question : « les interdictions d'avorter avant la viabilité [du fœtus, c'est-à-dire aux alentours de 24 semaines de grossesse], sont-elles constitutionnelles ? ». Ou violent-elles au contraire l'arrêt de 1973 qui garantit le droit des Américaines à avorter ? La plus haute juridiction américaine va devoir trancher et sa décision aura un impact sur des dizaines d'autres lois proposées dans d'autres États. Le Mississippi est l'un des cinq États du pays dans lequel une seule clinique pratique encore des avortements.

L'avortement n'est pas le seul sujet sensible que la Cour suprême a choisi d’étudier lors de sa prochaine session qui s'ouvre à l'automne. Elle a accepté de se saisir d'une autre affaire chère aux conservateurs, explique le Washington Post: le droit de posséder des armes à feu. Elle pourrait aussi se pencher sur la discrimination positive. Selon le journal, « des militants conservateurs ont préparé un recours en justice qui conteste l'utilisation par l'université de Harvard de la discrimination positive dans ses procédures d'admission ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail