La NSA a espionné des dirigeants européens, dont Angela Merkel, «via» le Danemark

Angela Merkel et son téléphone portable, soupçonné d'avoir été mis sur écoute par la NSA.
Angela Merkel et son téléphone portable, soupçonné d'avoir été mis sur écoute par la NSA. REUTERS

Les États-Unis ont espionné des responsables politiques en Europe, dont la chancelière allemande Angela Merkel, de 2012 à 2014 avec l'aide des services de renseignement danois, ont rapporté, dimanche 30 mai, des médias danois et européens.

Publicité

Patrick Sensburg n’est pas surpris, dit notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut. Le député chrétien-démocrate qui avait présidé la commission d’enquête parlementaire du Bundestag sur les écoutes de la National Security Agency (NSA) estime que les services secrets n'ont pas d’amis mais uniquement des intérêts à défendre.

L'actuel président écouté

Les principaux responsables concernés par ces révélations, sollicités par les médias allemands qui ont participé aux recherches, la télévision publique ARD et le quotidien Süddeutsche Zeitung, affirment ne pas avoir été au courant des activités de l’agence NSA. On savait déjà depuis les révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden qu’Angela Merkel avait été écoutée, via notamment son téléphone portable. On apprend aujourd’hui que le candidat SPD à la chancellerie en 2013 Peer Steinbrück a été concerné ainsi que l’actuel président de la république, Frank-Walter Steinmeier.

Tout le monde écoute tout le monde... 

La NSA avait pu, grâce aux services secrets danois, se brancher sur des câbles de télécommunication pour espionner entre 2012 et 2014 des responsables de différents pays, en Allemagne, mais aussi en France, en Norvège et en Suède. Il n'est pas établi que le Danemark savait que les États-Unis utilisaient son système de surveillance pour espionner ses voisins. Les médias n’omettent cependant pas ce lundi matin de préciser que l’Allemagne comme les États-Unis et d’autres pays recourent à des méthodes similaires. Pour l'instant, le renseignement militaire danois se refuse à tout commentaire.

« Conséquences »

C'est extrêmement grave, martèle ce matin Clément Beaune, le secrétaire d'État français aux Affaires européennes : « Il faut vérifier si nos partenaires au sein de l'Union, les Danois, ont commis des fautes dans leur coopération avec les services américains ». Et si les États-Unis ont bel et bien mis en place des mesures d'espionnage à grande échelle. « Si c'est le cas, dit-il, nous en tirerons les conséquences en termes de coopération. »

Quant aux cibles de ces pirages. En dehors d' Angela Merkel et de plusieurs membres du parti social-démocrate allemand (SPD), on parle de parlementaires et de hauts fonctionnaires français, suédois et norvégiens. Mais on ne connaît pas à ce jour précisément leur identité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail