Kamala Harris en mission au Guatemala et au Mexique sur le dossier de l'immigration clandestine

La vice-présidente américaine Kamala Harris, le 3 juin 2021.
La vice-présidente américaine Kamala Harris, le 3 juin 2021. REUTERS - EVELYN HOCKSTEIN

La vice-présidente américaine, Kamala Harris, est au Guatemala ce lundi 7 juin pour son premier déplacement à l'étranger, avant de poursuivre sa visite au Mexique. Chargée de l'épineux dossier de l'immigration clandestine, elle affirme vouloir donner de l'espoir à une région d'où viennent la plupart des migrants qui tentent de traverser la frontière.

Publicité

L’immigration clandestine est un dossier épineux pour Joe Biden, car depuis son élection, de très nombreux candidats à l'exil tentent chaque jour de franchir illégalement la frontière. La semaine dernière, le secrétaire d'État Antony Blinken avait promis de s'attaquer aux « racines » de l'émigration vers les États-Unis.

Une négociation s'engage, explique Annick Foucrier, professeur émérite à l'Université Panthéon-Sorbonne et spécialiste de l'histoire de l'Amérique du Nord. Elle est rendue plus difficile par la situation de ces pays qui s'est dégradée depuis l'année dernière. « Les racines, ce sont par exemple les inégalités sociales qui sont très fortes dans ces pays. C’est la corruption qui fait que ces pays n’arrivent pas à se développer. C’est aussi le crime organisé et les cartels de la drogue qui font circuler non seulement la drogue, mais aussi les migrants à travers le Mexique, et bien sûr les effets de la pandémie, explique-t-elle. La situation s’est dégradée dans les pays d’Amérique centrale, que ce soit le Mexique, que ce soit le Guatemala, que ce soit le Honduras, la pauvreté a été encore aggravée pour une bonne partie de la population. Tant que ces problèmes-là ne seront pas un petit peu limités, ce sera très difficile. Cela ne va pas se résoudre dans les jours ou dans les semaines qui viennent. D’un côté, bien évidemment, que ce soit le Guatemala ou le Mexique, ils veulent obtenir le maximum de l’administration Biden, de l’autre côté bien sûr chacun essaie de donner le minimum. »

Un dossier stratégique pour Kamala Harris

En mars dernier, le président américain a confié ce dossier sensible à l'ex-candidate à la présidentielle. Même si elle est jusqu'ici restée en retrait, Kamala Harris veut élaborer une stratégie globale pour s'attaquer aux causes de l'afflux de milliers de migrants qui complique le début du mandat de Joe Biden.

Pour Annick Foucrier, cette mission est une façon pour le président Biden de transmettre le flambeau à Kamala Harris. « C’est une mission à haut risque, mais cela peut lui rapporter beaucoup en termes politique. C’est une mission que lui confie Joe Biden. On n’oublie pas que Joe Biden, lui-même, lorsqu’il était vice-président avait une très forte compétence dans les relations internationales. Et d’une certaine façon, c’est aussi une formation que Kamala Harris est en train d’obtenir. Elle va aller dans des pays qui sont stratégiquement très importants pour les États-Unis. C’est très important, peut-être pas de revenir avec des résultats flagrants, mais tout au moins de pouvoir discuter avec les présidents, sachant que ces présidents que ce soit au Guatemala ou au Mexique sont encore là pour quelques années. Il y a la possibilité d’avoir avec eux un travail qui puisse continuer. »

► À lire aussi : Migrants: la vice-présidente des États-Unis et le président mexicain veulent coopérer

Au Guatemala, la vice-présidente rencontrera lundi le président Alejandro Giammattei. Mardi, elle sera au Mexique pour rencontrer le président Andres Manuel Lopez Obrador.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail