Covid-19 au Brésil: Bolsonaro appelle à faire tomber les masques malgré les 2 000 morts quotidiens

Le président brésilien Jair Bolsonaro a prononcé un discours contre les gestes-barrière et le port des masques, le 10 juin 2021 à Brasilia.
Le président brésilien Jair Bolsonaro a prononcé un discours contre les gestes-barrière et le port des masques, le 10 juin 2021 à Brasilia. © REUTERS/Adriano Machado

Au Brésil, Jair Bolsonaro persiste dans son discours anti-masque : alors que le pays compte plus de 2 000 décès par jour liés au Covid-19 et que la vaccination avance toujours très lentement, le président brésilien a de nouveau fustigé l'obligation de porter un masque, jeudi 10 juin. Selon lui, cette mesure sanitaire ne serait plus nécessaire, provoquant un tollé parmi le personnel soignant et des experts.

Publicité

Lors de son allocution jeudi 11 juin à Brasilia, le président brésilien Jair Bolsonaro est revenu à la charge contre les gestes-barrières, l'un de ses sujets de prédilection. Cette fois-ci, il demande la levée de l'obligation de porter un masque lorsqu’on est vacciné ou qu’on est guéri du Covid-19.

Ses propos ont été accueillis avec des applaudissements par les sympathisants du président, mais le personnel médical est vent debout. Un infectiologue dénonce dans le magazine Carta Capital un « discours de la mort », martelant qu’enlever le masque serait une grave atteinte à la santé publique. Selon lui, le pays est en train de vivre le pic de la pandémie et les unités de soins intensifs restent « saturées dans la plupart des capitales ».

Le gouverneur de l’État du Piauí, Wellington Dias, accuse le président de « jeter l’huile sur le feu » avec ses propos. D'autres gouverneurs comme lui continueront à exiger le port du masque, a-t-il déclaré. Et effectivement, selon un jugement de la Cour suprême de 2020, c'est aux autorités locales de mettre en place des mesures sanitaires qu'ils jugent nécessaires.

Le ministre de la Santé fait d’ailleurs profil bas : « On va étudier la demande du président », a-t-il commenté sobrement. Pour l'instant, seulement 11 % de la population brésilienne est complètement vaccinée contre le Covid-19.

 À lire aussi : Covid-19: au Brésil, les manifestants jugent Bolsonaro «plus dangereux que le virus»

Réactions mitigées des Brésiliens

Pour certains, les déclarations polémiques du président Bolsonaro tombent à pic comme pour Carlos, interrogé à la terrasse d'un bar par notre correspondant à São Paulo, Martin Bernard. « Je suis d’accord avec le président ! Pour ceux qui ont été vaccinés deux fois, je suis d’accord avec lui. Ici, c’est pas le Japon, y'a des gens qui sont beaux, on va pas rester tous masqués, mon pote !. Tout le monde déprime. Moi, J’ai déjà eu le Covid, j’ai été hospitalisé. C’est la vie, mon ami. On est ici-bas pour mourir, on ne dit pas avoir peur » 

Pour l’instant, seulement 10% de la population a reçu deux doses d’un vaccin, et le nombre de morts approche les 500.000. Maria Lidia, mère de famille, préfère elle rester prudente, en gardant son masque. « Je connais plusieurs personnes qui ont été vaccinées avec deux doses, et il y en a une qui a même été intubée. Par miracle, elle s’en est remise, et elle a pu rentrer chez elle au bout de trois semaines, mais ça a été un miracle. On n’est jamais à 100% protégé, même les vaccins ne sont pas sûrs à 100%, alors comme ça, on le serait encore moins ! »

Alors que la pandémie est encore loin d’être contrôlée, les Brésiliens se divisent sur la question du masque, pendant que le président Bolsonaro continue de nier la gravité de la crise sanitaire.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail