États-Unis: «Juneteenth», une fête nationale pour commémorer la fin de l’esclavage

Les États-Unis célèbrent ce samedi «Juneteenth», la fête du 19 juin. Elle marque la fin effective de l’esclavage dans le pays en 1865, deux ans et demi après son abolition par Abraham Lincoln. Et pour la première fois, cette journée est célébrée comme fête nationale, grâce au vote du Congrès.
Les États-Unis célèbrent ce samedi «Juneteenth», la fête du 19 juin. Elle marque la fin effective de l’esclavage dans le pays en 1865, deux ans et demi après son abolition par Abraham Lincoln. Et pour la première fois, cette journée est célébrée comme fête nationale, grâce au vote du Congrès. REUTERS - EDUARDO MUNOZ

Les Américains célèbrent ce samedi 19 juin « Juneteenth », la fête du 19 juin qui marque la fin de l’esclavage dans le pays. Et pour la première fois, cette journée est célébrée comme fête nationale grâce au vote du Congrès cette semaine.

Publicité

Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

À Harlem, « Juneteenth » était déjà célébrée chaque année. L’occasion de se retrouver en famille, danser, manger et rendre hommage à l’histoire des noirs aux États-Unis. Ici, on salue l’adoption du 19 juin comme fête nationale : « Ça aurait dû être fait il y a longtemps déjà ! », estime un homme du quartier.

« Les gens reconnaissent enfin cet événement, que la communauté noire fête depuis des années, raconte cette femme dans les rues de Harlem. Et maintenant, le reste du pays sait et peut-être que certains sauront enfin ce que cette journée représente vraiment. » 

« Juneteenth » marque la fin effective de l’esclavage en 1865, deux ans et demi après son abolition par Abraham Lincoln. À l’époque, la guerre de Sécession fait que la nouvelle de la fin de l’esclavage met deux ans et demi à arriver dans les États sudistes.

Droit de vote menacé 

Si l’ambiance est à la fête ce samedi, certains estiment qu’il faut plus que des gestes symboliques. Surtout à l’heure où le droit de vote des minorités est menacé dans certains États républicains.

« On doit continuer à nous battre, explique cette New-Yorkaise. On ne peut pas s’arrêter à cette petite victoire. Il faut continuer pour obtenir ce qu’on mérite et préserver nos droits de vote partout ! »

Deux élus se sont joints aux célébrations dans ce parc de Harlem, le maire Bill de Blasio et le sénateur new-yorkais Chuck Schumer, lequel a renouvelé son engagement pour la lutte contre le racisme et la protection des droits civiques.

À écouter: Mémoire et réparations de l'esclavage, éternels défis pour le Texas 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail