L'Argentine trouve un accord avec le Club de Paris et éloigne le spectre du défaut de paiement

Le président argentin Alberto Fernandez lors de sa campagne électorale en octobre 2019.
Le président argentin Alberto Fernandez lors de sa campagne électorale en octobre 2019. AP - Natacha Pisarenko

L’Argentine s’offre un peu de répit, et éloigne le spectre d’un nouveau défaut de paiement. Le pays devait s’acquitter d’une dette de 2,4 milliards de dollars auprès du Club de Paris avant le 31 juillet prochain. Il a finalement obtenu un délai, grâce à un accord avec ce groupe informel de créanciers publics.

Publicité

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Théo Conscience

Le compte à rebours avait commencé le 31 mai dernier, quand l’Argentine avait décidé de ne pas s’acquitter des 2,4 milliards de dollars qu’elle doit au Club de Paris. Le pays avait alors jusqu’au 31 juillet, 60 jours, pour rembourser cette dette au risque de se retrouver officiellement en défaut de paiement.

Le gouvernement argentin a finalement obtenu un sursis. Le ministre de l’Économie, Martin Guzman l’a annoncé ce lundi 22 juin, le pays aura jusqu’au 31 mars 2022 pour négocier un accord pérenne de restructuration de sa dette avec le Club de Paris.

Entre-temps, l’Argentine devra tout de même rembourser 430 millions de dollars, et surtout, elle devra s’entendre avec le Fonds monétaire international, à qui elle doit 44 milliards de dollars. Depuis son élection en 2019, le président argentin Alberto Fernandez soutient que cette dette contractée par son prédécesseur Mauricio Macri est impossible à rembourser en l’état.

Son gouvernement espère trouver dans les prochains mois un compromis avec le FMI, condition préalable à un accord définitif avec le Club de Paris. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail