Revue de presse des Amériques

À la Une: en Haïti, Jovenel Moïse a bien tenté d’appeler à l’aide

Selon le journal «Miami Herald», le président Jovenel Moïse a bien tenté d’appeler à l’aide avant de se faire assassiner.
Selon le journal «Miami Herald», le président Jovenel Moïse a bien tenté d’appeler à l’aide avant de se faire assassiner. © AFP/File

Publicité

« Ma vie est en danger... Venez me sauver la vie ! ». Ces mots, ce sont ceux de Jovenel Moïse prononcés quelques minutes avant son assassinat. Selon le Miami Herald, le président Jovenel Moïse a bien tenté d’appeler à l’aide avant de se faire assassiner. A 1h34 du matin, il aurait tout d’abord appelé un commissaire de la police nationale, quelques minutes après avoir entendu des tirs provenant du quartier où il résidait.

Il aurait ensuite appelé un officier tactiquement formé de la Police nationale d'Haïti. Ce dernier s’est immédiatement mis en route, mobilisant des effectifs. Mais la cacophonie entre les différentes équipes qui devaient protéger le président a compliqué leur arrivée sur les lieux du drame, détaille le quotidien, qui explique qu’en l’absence de personne dans la résidence, ce sont les enfants de Jovenel Moïse qui tentaient de venir en aide à leur mère, blessée par balle. Jovenel Moïse a donc bien tenté d’appeler à l’aide alors que trois équipes étaient pourtant chargées de sa sécurité.

La succession politique toujours en discussion en Haïti

Ce samedi 17 juillet, le Bureau intégré des Nations unies en Haïti, le BINUH, a publié un communiqué qui reprend la position du Core Groupe, un collectif composé des ambassadeurs de différents pays : américains, français entre autres, ceux aussi de l'Union européenne et de l'OEA, dans lequel tous ces pays semblent prendre leur distance avec celui qui a pris le pouvoir en Haïti : le Premier ministre intérimaire Claude Joseph. Dans son communiqué le CORE Group appelle « à la formation d’un gouvernement consensuel et inclusif. Dans cet objectif, il encourage fortement le Premier ministre désigné Ariel Henry à poursuivre la mission qui lui a été confiée de former un tel gouvernement. »

Si dans ce communiqué le nom de Claude Joseph n’est pas directement mentionné, c’est bien lui qui est visé puisqu’il estime être le Premier ministre en exercice, détaille le Washington Post. Il s’agît là d’une décision qui a surpris certains observateurs étant donné la situation politique tendue en Haïti, détaille le quotidien. Il faut dire qu’il est à l’heure actuelle difficile de savoir qui dirige le pays puisque, outre le Premier ministre par intérim Claude Joseph et le Premier ministre désigné Ariel Henry, le président du Sénat Joseph Lambert estime également être à la tête du pays.

Le Mexique, pays qui a le plus fait appel au logiciel Pegasus

Au Mexique, tout comme dans de nombreux autres pays, les révélations sur l’emploi du logiciel Pegasus pour espionner des militants, des journalistes et des opposants fait la Une d’une partie de la presse, car le Mexique serait le pays qui aurait le plus fait appel à cette technologie. C’est un consortium de médias internationaux qui a fait ces révélations. Ce dernier aurait obtenu une liste de cinquante mille numéros de téléphone qui auraient été piraté, parmi lesquels quinze mille sont des numéros mexicains, détaille Aristegui Noticias, un site d’information en ligne.

Ce n’est pas nouveau, il y a quelques années, il était déjà question d’espionnage avec ce logiciel au Mexique. Mais ces dernières révélations prouvent que les autorités mexicaines, durant la présidence d’Enrique Peña Nieto, ont encore plus utilisé ce logiciel, explique Milenio. Même des gouvernements locaux dans ce pays fédéral auraient fait appel à cette technologie pour surveiller des journalistes et des responsables d’ONG. Parmi les numéros découverts figure notamment celui de Cecilio Pineda, un journaliste indépendant mexicain qui a été assassiné et dont le téléphone avait disparu. Pegasus est un logiciel développé par la société israélienne NSO Group qui aurait même été utilisé pour espionner une douzaine de chefs d’États, détaille Aristegui Noticias.

Après les manifestations à Cuba, la diaspora se mobilise

Une semaine après une journée historique au cours de laquelle des milliers de Cubains sont descendus dans les rues d’une cinquantaine de villes pour dénoncer des conditions de vie précaires, c’est à l’étranger que ce mouvement se poursuit et pas seulement avec des exilés Cubains. Ce week-end la diaspora cubaine s’est fortement mobilisée dans le monde entier et plus particulièrement aux États-Unis.

Et ce dimanche ce sont les exilés vénézuéliens qui sont descendus dans les rues de vingt-sept pays, selon El Nuevo Herald, pour apporter leur soutien au peuple Cubain. Pour rappel, le régime cubain est un allié du régime vénézuélien. Et selon El Nuevo Herald, des rassemblements se tiendraient encore à Cuba dans certaines localités, comme par exemple à Cardenas, et ce, malgré la forte répression des autorités.

L’opposant cubain José Daniel Ferrer reste en prison

De nombreux Cubains ont été arrêtés durant les manifestations du dimanche 11 juillet. Et parmi les personnes placées en détention figure notamment l’un des principaux opposants José Daniel Ferrer. Le fondateur de l’Unpacu, l’Union patriotique de Cuba, une organisation civile pour la lutte pacifique contre la répression des libertés civiles sur l'île, considéré comme l’un des principaux groupes d'opposition à Cuba, a été arrêté alors qu’il tentait de rejoindre un cortège.

Si les autorités ont relâché son fils qui était en grève de la faim, José Daniel Ferrer reste quant à lui en détention, détaille El Nuevo Herald. Une prison qui ressemble à un camp de concentration selon le fils de l’opposant qui appelle les autorités, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, à libérer toutes les personnes arrêtées la semaine dernière. D’ailleurs une pétition du Conseil pour une transition démocratique à Cuba a été mise en ligne pour réclamer ces libérations. Pétition qui sera ensuite adressée au Nations Unies.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail