Covid-19: New York et la Californie poussent à la vaccination de leurs fonctionnaires

Un centre de vaccination du Covid-19 à New York où les fonctionnaires devront être vaccinés d'ici à la fin septembre 2021.
Un centre de vaccination du Covid-19 à New York où les fonctionnaires devront être vaccinés d'ici à la fin septembre 2021. © Getty Images via AFP/SPENCER PLATT

Face à l'expansion du variant Delta et à une possible quatrième vague, les États-Unis multiplient les mesures pour augmenter la couverture vaccinale contre le Covid-19. Une première ébauche de ce qui ressemble à un « pass sanitaire » pour une partie de la population a été mise en place dans une toute petite partie du pays.

Publicité

New York, la Californie, l'Agence des anciens combattants, soit la plus grande ville, le plus important des États et la première agence fédérale... Ce sont ces trois entités qui ont décidé le même jour de mettre en place le même mécanisme : la vaccination ou un test hebdomadaire.

À New York, la date limite pour la vaccination est au 13 septembre pour tous les fonctionnaires de la ville. 300 000 pompiers, policiers agents administratifs sont concernés tout comme le personnel soignant, personnel employé par l’État fédéral. La Californie a décidé la même chose.

Des initiatives soutenues par la Maison Blanche

Pour les soignants, les autorités se sont appuyées par les organisations médicales. 60 d’entre elles ont publié lundi 26 juillet une déclaration appelant à la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé.

La ville de San Francisco avait elle-même déjà fait cette annonce fin-juin, exigeant à ses 35 000 employés de se faire vacciner pour ses quelque 35 000 sous peine de sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu’au licenciement.

Ces décisions sont soutenues par la Maison Blanche, mais il n'est pas non plus question d'aller jusqu'à une obligation nationale. Selon le Washington Post, c est un pas que Joe Biden ne veut pas franchir. Depuis le début du mois de juillet, le nombre quotidien de contaminations a quadruplé, passant de 13 000 au début du mois à 54 000 désormais.

►À lire aussi : États-Unis: le vaccin progresse dans les esprits, malgré les réticences

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail