Brésil: 2 000 copies de film détruites dans l’incendie de la Cinémathèque de São Paulo

Une image de l'incendie de l'entrepôt de la cinémathèque de Sao Paulo pris par les pompiers.
Une image de l'incendie de l'entrepôt de la cinémathèque de Sao Paulo pris par les pompiers. AFP - -

Quelque 2 000 exemplaires de films ont été détruits dans l’incendie d’un entrepôt de la Cinémathèque de São Paulo. « Une tragédie annoncée » selon les cinéastes, qui dénoncent un abandon du monde la culture par les autorités brésiliennes.

Publicité

Pendant plus de deux heures, les pompiers brésiliens ont lutté contre les flammes mais toute une partie d’un entrepôt de la Cinémathèque de São Paulo, au Brésil, a tout de même été ravagé. Dans l’incendie survenu jeudi, environ 2 000 copies de films ont été détruites.

L'entrepôt abritait des copies de films, dont de nombreuses raretés et parfois en meilleur état que les originaux, selon des spécialistes. Il s’agit d’une « tragédie annoncée », selon les cinéastes brésiliens.

« L'incendie de la Cinémathèque de São Paulo est un crime contre la culture du pays. Le mépris pour l'art et la mémoire du Brésil conduit à ceci : la mort progressive de la culture nationale », a critiqué le gouverneur de Sao Paulo, João Doria.

« C'est comme si le pays n'avait plus d'album de famille »

Depuis des mois, cinéastes, artistes et employés dénoncent une politique de « démantèlement » de la Cinémathèque, et plus largement du secteur culturel par le gouvernement brésilien.

En juillet 2020, le ministère public de São Paulo a lancé une action en justice contre le gouvernement fédéral pour « abandon » de la Cinémathèque, mettant en cause la rétention des ressources et l'absence de gestionnaire en raison d'un imbroglio juridique. Le mois suivant, l'institution a cessé de fonctionner et 41 fonctionnaires ont démissionné.

Dernièrement, un « Manifeste des travailleurs de la Cinémathèque brésilienne » avait mis en garde contre le risque d’incendie du bâtiment dû au manque de soins pour « le matériel, l'équipement, les bases de données et les bâtiments ». Ces dernières années, quatre incendies et une inondation ont affectés divers bâtiments de cette institution culturelle, fondée en 1940.

Lors du dernier festival de Cannes, le cinéaste Kleber Mendonça avait haussé le ton contre le « sabotage du système de soutien à la culture » et la fermeture de la Cinémathèque. « C'est comme si le pays n'avait plus d'album de famille. Ce n'est pas seulement un lieu de dépôt. C'est un lieu vivant, avec la mémoire du pays », avait dénoncé le réalisateur d'Aquarius et Bacurau.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail