Colombie: des militaires déployés dans les rues de Bogotá contre l'insécurité

Des membres de la police militaire à Bogotá, le 16 septembre 2021.
Des membres de la police militaire à Bogotá, le 16 septembre 2021. AFP - RAUL ARBOLEDA

Depuis mercredi soir, les militaires colombiens patrouillent dans les rues de Bogotá pour lutter contre l’insécurité urbaine, selon les autorités.

Publicité

Avec notre correspondante à Bogotá, Marie-Eve Detœuf

L’insécurité urbaine explose à Bogotá. C’est du moins ce que ne cessent de répéter depuis plusieurs semaines les grands médias et la droite conservatrice qui réclament une politique de fermeté. C’est pourquoi le ministre de la Défense Diego Molano a décidé de déployer, mercredi soir 15 septembre, 360 hommes dans les quartiers réputés difficiles, 2 500 autres pourraient être appelés en renfort. 

Il est vrai que, dans cette ville très appauvrie par la pandémie, les crimes et les délits sont en hausse, notamment les vols de téléphones portables. En 2021, 754 homicides et plus de 65 000 vols contre des personnes ont été enregistrés, selon les statistiques officielles. Mais c’est surtout le sentiment d’insécurité qui a augmenté très fortement. 

La maire de la capitale critiquée

Claudia Lopez du parti vert, première femme, à occuper la mairie de Bogotá, se retrouve sous pression. C’est elle qui a demandé au gouvernement le déploiement de la police militaire pour épauler la police. La mesure fait évidemment débat. L’image des militaires armés qui patrouillent dans les quartiers pauvres et qui arrêtent les gens est très forte dans ce pays qui a connu un long conflit armé et d’innombrables violations des droits de l’homme de la part de l’armée. Claudia Lopez est critiquée au sein même de son parti. La gauche colombienne considère que seule des mesures sociales permettront de lutter contre l’insécurité. 

La présence de militaires dans les rues de Bogotá n'est pas inédite : en mai, ils avaient été déjà déployés dans la capitale et les principales villes du pays au plus fort d'une flambée sociale et d'une vague de manifestations violentes contre le président conservateur Ivan Duque, qui ont fait plus de 60 morts.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI