Pérou: le corps d'Abimael Guzman incinéré après une intense polémique

Le fondateur du Sentier lumineux Abimael Guzman, le 11 septembre 2018, en prison.
Le fondateur du Sentier lumineux Abimael Guzman, le 11 septembre 2018, en prison. REUTERS - Mariana Bazo

Les autorités péruviennes ont annoncé vendredi l’incinération du corps d’Abimael Guzman. Le fondateur et chef historique de la guérilla maoïste du Sentier lumineux, responsable de la mort de dizaines de milliers de civils, policiers et militaires dans les années 1980 et 1990 au Pérou, est mort le 11 septembre 2021 en prison. S’il a fallu près de deux semaines après sa mort pour qu’il soit incinéré, c’est parce que le devenir de sa dépouille a fait l’objet d’un intense débat.

Publicité

Avec notre correspondante à Lima, Wyloën Munhoz-Boillot

C’est dans la plus grande discrétion que le corps du sanguinaire guérillero du Sentier lumineux a été incinéré vendredi matin à l’hôpital naval du Callao, près de Lima. Ses cendres ont ensuite été remises aux ministres de l’Intérieur et de la Justice pour être dispersées dans un lieu tenu secret, comme l’indique la loi.

Une loi rédigée à la hâte par les parlementaires péruviens pour mettre un terme à la polémique. En effet, depuis l’annonce de la mort d’Abimael Guzman, le 11 septembre, le débat faisait rage entre ceux qui appelaient à incinérer son corps et à disperser ses cendres pour éviter de créer un lieu de culte où ses partisans pourraient venir lui rendre hommage. Et ceux, moins nombreux, qui, invoquant la loi, appelaient à remettre sa dépouille à sa famille pour qu’il soit enterré.

Vide juridique

Or Abimael Guzman n'avait aucun contact avec ses proches. La seule qui aurait pu récupérer son corps était sa femme, Elena Iparraguire, numéro 2 du Sentier lumineux, mais elle purge, elle aussi, une peine de prison à vie. Face à ce vide juridique, des experts ont affirmé que la décision finale revenait au chef de l’État, mais le président Pedro Castillo a déclaré que ce n’était pas de son ressort.

Finalement, alors que la dépouille du guérillero patientait depuis des jours à la morgue, c’est le Congrès qui a approuvé en urgence un projet de loi ordonnant l’incinération du corps et la dispersion des cendres. Cette loi promulguée dès le lendemain matin par le chef de l’État s’appliquera désormais à toutes les personnes condamnées pour terrorisme ou trahison à la patrie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI