États-Unis: les démocrates toujours divisés à l'approche du vote du plan de relance

Le vote, prévu ce jeudi 30 septembre sur le plan d’infrastructures, est décisif pour le président Joe Biden.
Le vote, prévu ce jeudi 30 septembre sur le plan d’infrastructures, est décisif pour le président Joe Biden. Getty Images - Win McNamee

Activité politique intense à Washington, à mesure que se rapproche un vote prévu ce jeudi 30 septembre sur le plan d’infrastructures de Joe Biden. Les démocrates sont toujours divisés sur le programme du président des États-Unis. 

Publicité

Avec notre envoyé spécial permanent à Washington, Guillaume Naudin

Plus que de la division, c’est presque une bataille rangée. D’un côté, il y a les démocrates dits progressistes, la gauche du parti, qui ne cessent de répéter qu’ils ne voteront pas ce plan (d'un montant de 1 200 milliards de dollars d’investissement) à la Chambre des représentants si un accord n’est pas trouvé sur l’autre plan, celui sur les réformes sociales. Il est encore plus important avec 3 500 milliards de dollars, pour financer la protection sociale, les gardes d’enfant ou encore les universités publiques.

Mais 3 500 milliards, c’est beaucoup trop pour une partie des démocrates dits modérés, emmenés notamment par le sénateur de la Virginie-Occidentale, Joe Manchin, dont le vote au Sénat est décisif vu la très courte majorité démocrate. Malgré les interventions multiples du président Joe Biden, qui a été élu sur ces promesses et qui joue donc sa crédibilité, Joe Manchin n’en démord pas. Il n’est pas d’accord pour ce chiffre qu’il considère astronomique.

Écoutez l'analyse d’Élizabeth Vallet, directrice de l'Observatoire de géopolitique à la chaire Raoul-Dandurand au Canada :

Ce qui est dans la balance est redoutablement important pour l'économie américaine. 

Élizabeth Vallet, directrice de l'Observatoire de géopolitique à la chaire Raoul-Dandurand au Canada
Élizabeth Vallet, directrice de l'Observatoire de géopolitique à la chaire Raoul-Dandurand au Canada

Détente sur le budget fédéral

Sur un autre front, celui du budget de l’État fédéral, la situation se détend un peu. Après le vote négatif des sénateurs républicains pour relever le plafond de la dette et financer le gouvernement national, les démocrates ont décidé de séparer les deux sujets qui suscitent l'inquiétude.

Les républicains se disent prêts à voter un texte permettant à l’État de continuer à fonctionner au-delà de ce jeudi 30 septembre minuit. Mais il y a encore quelques discussions et peu de temps pour que ce texte soit validé par les deux assemblées et signé par le président avant un éventuel « shutdown », un arrêt des activités fédérales.

Pour le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, c’est la dernière chose dont les Américains ont besoin en cette période de pandémie.

À lire aussi : États-Unis: le camp démocrate se déchire autour du gigantesque programme de relance de Biden

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI