Canada / Etats-Unis / Guantanamo

Omar Khadr, citoyen canadien devant un tribunal d’exception à Guantanamo

La prison de Guantanamo.
La prison de Guantanamo. AFP/Montage RFI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C'est aujourd'hui que comparaît devant un tribunal militaire d'exception à Guantanamo le jeune Omar Khadr pour des audiences préliminaires. Ce jeune citoyen canadien avait été arrêté par les Américains en Afghanistan alors qu'il n'avait que 15 ans, il est accusé de crimes de guerre, pour avoir lancé une grenade qui a tué un officier américain, et d'avoir rejoint volontairement le Jihad.

Publicité

Alors que la fermeture de Guantanamo est reportée, l'administration Obama qui avait suspendu les tribunaux d'exception les a rétablis à la grande déception des organisations de défense des droits de l'homme, mais ces tribunaux ont été réformés et devraient donner plus de droits à la défense.

C'est donc la première fois que les tribunaux militaires d'exception vont fonctionner depuis qu'ils ont été réformés par le président Obama. Et c'est le jeune Omar Khadr qui va les tester. Le jeune canadien n'avait pas bénéficié des règles minimales pour les mineurs incarcérés, bien au contraire. Ses avocats dénoncent les mauvais traitements, des « positions inconfortables » pendant des heures, des « étouffements jusqu'à évanouissement », des interrogatoires interminables sans autorisation d'aller aux toilettes, des privations de sommeil, des coups et des menaces. L'accusation rejette quant à elle toutes ces allégations.

Or, le nouveau texte qui régit les tribunaux militaires d'exception stipule que : « aucune déclaration obtenue sous la torture ou par un traitement cruel, inhumain ou dégradant ne pourra être admise par une commission militaire », c'est justement ce que les avocats vont faire valoir.

 Les audiences qui s'ouvrent ce mercredi devraient se poursuivre jusqu'au 6 mai, avec des dizaines de témoins cités à la barre, le procès pourrait démarrer en juillet prochain. Omar Khadr est le seul occidental détenu à Guantanamo. Sur les centaines de prisonniers qui sont passés par Guantanamo, seuls six, dont Omar Khadr, devraient subir un procès devant ces tribunaux militaires.

La Cour suprême du Canada avait conclu en janvier que les droits d'Omar Khadr avaient été bafoués, mais elle n'avait pas demandé son rapatriement. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail