Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Amérique latine

Hillary Clinton en tournée en Amérique latine pour renouer les fils du dialogue avec le Sud

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton salue la presse à côté du président de l'Equateur Rafael Correa (D) au Palais Carondelet à Quito, le 8 juin 2010.
La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton salue la presse à côté du président de l'Equateur Rafael Correa (D) au Palais Carondelet à Quito, le 8 juin 2010. Photo : Miguel Jimenez/Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les représentants de 33 pays membres de l'OEA, l’Organisation des Etats américains se sont réunis à Lima au Pérou. Cette réunion a donné le top départ d’une tournée de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton sur le continent sud-américain. Deuxième étape de son voyage, Quito, où elle a été accueillie mardi 8 juin par le président Correa. Hillary Clinton est attendue en Colombie mercredi.

Publicité

Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

Parlant de respect et d’égalité entre partenaires, citant Bolivar et José Marti, comme pour récupérer les références historiques de la gauche, Hillary Clinton a dressé le portrait de cette communauté américaine que, selon elle, souhaite construire le président Obama, tout en reconnaissant le poids du passé. « Nous voulons valoriser ce qu’il y a de mieux dans notre passé commun et nous élever au dessus de ces acrimonies qui trop souvent ont interféré et parfois empêché d’avancer ensemble

Reconnaissant que le commerce et la démocratie n’ont donné que trop peu au plus grand nombre, Hillary Clinton a plaidé pour que l’évasion fiscale soit combattue, notamment chez les plus riches, mais sans remettre en cause le modèle libéral. «Reconnaître cela ce n’est pas relancer la guerre des classes. Ce n’est pas la rhétorique du «nous contre eux, c’est reconnaître que tout le monde doit gagner, les riches comme les pauvres. Que le vainqueur emporte tout est une politique à courte vue et obsolète».

Une allusion transparente au Venezuela qu’elle ne citera pas une fois, tant il est clair que pour Washington, aujourd’hui comme hier,le progrès ne passe pas par l’axe bolivarien.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.